D’Arequipa à Puno une longue route

Départ à 7h30 ! Une journée de bus nous attend pour rejoindre la ville de Puno.
Elisabeth nous donne toutes les recommandations contre le mal des montagnes. La veille, nous nous étions équipées de bonbons et d’une boisson à base de coca, très efficace pour la haute altitude parait-il ! La feuille de coca est cultivée depuis au moins 5000 ans. Mâcher des feuilles de coca servait de remède à toutes sortes de maux, de la rage de dent à la fatigue. Elle fut aussi longtemps utilisée dans les rituels religieux et en guise d’offrandes.

Nous roulons donc dans la Cordillère Noire. Les paysages sont arides, secs, mais très beaux. La Cordillera Blanca et la Cordillera Negra, chaînes de montagnes imposantes, forment une vallée et offrent ainsi des paysages d’une beauté naturelle remarquable.

Nous traversons les pampas de Canahuas dans la réserve d’Aguada Blanca. La pampa de Cañahuas, à 4100 m d’altitude rappelle qu’on passe sans transition du niveau de la mer aux plateaux andins, de la chaleur humide au froid sec et vif. Ici vaquent des troupeaux de camélidés. Nous faisons une pause photo pour observer les vigognes.

Nous arrivons vers les 13h30 à Juliaca où nous déjeunons. Nous continuons notre route où les paysages sont toujours aussi beaux.

Avec l’altitude nos paupières sont lourdes et le sommeil se fait sentir, mais sinon à part une légère sensation de tangage nous n’avons pas le mal des montagnes, même à plus de 4000m d’altitude. Nous voyons sur notre chemin des habitations typiques, des élevages de lamas et d’alpagas.

Aux environs des 15h30 nous arrivons au sanctuaire de Sillustrani. Sur les collines vallonnées de la péninsule du Lac Umayo, les tours funéraires de Sillustrani se détachent sur le paysage désolé de l’Altiplano. La plus haute tour atteint 12m.
Les Colla, un peuple guerrier, enterraient leurs nobles dans des chullpas (tours funéraires), éparpillées sur les hauteurs. Ces structures cylindriques contenaient les dépouilles de familles entières, avec de la nourriture et des biens pour leur voyage vers l’autre monde.

Nous repartons en bus pour s’arrêter quelques minutes plus tard pour visiter la maison d’un paysan. L’accueil par la dame est chaleureux. Nous pouvons approcher de près les alpagas et visiter sa maison et voir son élevage de cochons d’inde. Le cuy, ou cochon d’inde, fait partie des plats andins favoris depuis l’époque pré-inca. De nombreux foyers andins les élèvent, on les voit gambader librement dans les cuisines.

Nous quittons la ferme vers les 17h, direction l’hôtel de Puno. Puno, ville perchée sur les bords du Lac Titicaca (3800m), est entourée de hauts sommets enneigés.

Laisser un commentaire