Place principale de Chefchaouen

Arrivée à Chefchaouen

Encore une fois, notre opérateur Julien alias Gouzi, nous propose de partir pour les terres nord du Maroc pour huit jours. comme d’habitude je suis avec confiance mon guide de voyage. Marion Caribou nous accompagne ainsi que Jean Sé alias Force Tranquille et Julie. Entassé à cinq dans une clio nous faisons route vers l’aéroport de Paris Beauvais (encore une fois).

Nous atterrissons à Tanger et première mission : trouver un taxi. Après deux demandes nous constatons que les prix ne sont pas négociables à partir de l’aéroport, nous chargeons donc nos bagages et en route. Mais nous sommes stoppés par le premier chauffeur de taxi, hé oui nous n’avons pas respecté l’ordre des taxis. Tout s’arrange avec de vives échanges entre les chauffeurs de taxi et nous prenons la direction de Chefchaouen où nous arrivons un peu avant la nuit. Nous nous rendons directement dans une auberge de jeunesse.

J’avoue que le début est difficile car nous sommes très vite repérés comme des touristes et à chaque coin de rue, on nous sollicite pour manger à tel ou  dormir dans telle auberge. un peu dur après le voyage de trouver des moments où se détendre, mais nous pouvons compter sur Jean Sé qui avec son calme olympien gère parfaitement ces moments là.

Chefchaouen est une ville du nord ouest du Maroc bâtie à 600 m d’altitude sur la chaîne du Rif. Le nom de la ville vient du berber Achwen « Les Cornes », en raison des sommets montagneux qui dominent et entourent la ville. Dés le premier soir nous profitons de la fraîcheur pour parcourir les ruelles et s’imprégner d’avantage de cet espace. Nous parcourons à l’instinct les alentours de l’auberge, les maisons sont toutes d’un bleu plus ou moins intenses, c’est un vrai labyrinthe. Étant encore sous l’emprise de la fatigue du voyage, nous rentrons tranquillement dans notre auberge pour savourer entre nous quelques spécialités.

Après un réveil décalé nous nous retrouvons sur la place Uta el Hammam. Toutes les ruelles qui serpentent à travers la ville nous conduisent inévitablement à cette place de rencontre et de repos à l’ombre d’un grand mûrier. Nous prenons place à l’un des nombreux cafés et entamons un délicieux déjeuner en terrasse avec le soleil qui nous fait un bien fou, tout comme les pâtisseries qui accompagnent le thé à la menthe ( c’est le whisky Berber) et les jus d’orange qui surpassent haut la main nos pauvres briques de jus d’orange des grandes surfaces…

Nous voilà fin prêt à partir découvrir Chefchaouen. A proximité de la place se trouve la Kasbah. Ce terme désigne une citadelle, par extension le cœur historique, fortifié ou non d’une ville d’Afrique du Nord. Elle fut édifiée par Moulag Ali ben Rachiden en 1471. La Kasbah abrite un jardin de fleurs et d’arbres qui améne à un modeste musée ethnographique présentant une collection d’armes anciennes, d’instrument de musique, de tapis et quelques rifains en tenue traditionnelles. L’entrée est à 10 dirhams et même s’il n’y a presque rien à voir dans cette Kasbah, le plus intéressant est la tour qui permet de voir toute la ville.

Nous continuons la poursuite de Chefchaouen en empruntant aléatoirement les différentes ruelles où nous découvrons des habitations ou de petites boutiques très chaleureuses. A quelques pas de la ville un sentier nous mène après deux kms, au nord est à Bad el-Ansan. J’ai appris à mon retour que les ruines à proximité de nous étaient une ancienne mosquée abandonnée. On ne distingue rien, toutefois cette petite balade nous permet d’avoir une vue imprenable sur Chefchaouen. un peu plus bas la source de Ras el Maa s’écoule par un petit ruisseau où les femmes viennent laver le linge dans des bacs aménagés.

Sur le retour nous profitons d’une petite halte pour apprécier une fois de plus un bon jus d’orange, ce qui restera un incontournable de notre séjour marocain. Afin de préparer notre petite randonnée qui nous fera quitter Chefchaouen, nous faisons un ravitaillement en nourriture et en eau avant d’aller réserver notre gîte pour le lendemain soir. Les préparatifs terminés nous prenons le temps de savourer le calme ambiant et de nous détendre tous ensemble.

Laisser un commentaire