Notre arrivée en Mongolie : le passage de la frontière

Rendez-vous à 7h le matin pour l’embarquement pour un départ à 7h30 vers Oulan-Bator ! Nous sommes un peu en avance, nous voyons les gens arriver petit à petit : locaux et voyageurs se mêlent. Nous y rencontrerons notamment un couple de français. Notre car arrive, un grand car de 45 places, plutôt confortable, à la décoration un peu…spéciale, rideaux roses, têtes de fauteuil rose, pompons et fanfreluches…roses 🙂

Le car démarre à l’heure. Bagages en soute, places attribuées repérées, et c’est parti ! Nous roulons tranquillement avec un arrêt pour aller aux toilettes ou pour se dégourdir les jambes puis un 1er arrêt de contrôle à 11h30 : un contrôleur russe regarde vaguement nos passeports. Nous redémarrons pour arriver à la frontière russe à 12h30 :

– on descend, on prend nos petits sacs à dos et récupérons nos gros sacs dans la soute,

– nous entrons au poste de contrôle. Comme à l’aéroport, nous passons chacun notre tour sous les portiques de sécurité tandis que nos sacs sont contrôlés aux rayons X. Nous montrons nos passeports et récupérons les sacs,

– nous passons au guichet du contrôleur, toujours un par un. Nous montrons nos passeports, on nous dévisage pour voir si on ressemble bien à la photo, selon la tête du client on peut avoir le droit à quelques questions (quel est votre nom ? Vos prénoms ? Où allez-vous ? Pourquoi ? Combien de temps ? etc), on tamponne le visa avec la date de sortie, on nous re-dévisage et on nous rend le passeport,

– dans la pièce suivante on doit remplir un petit papier pour la frontière mongole (administratif + lieu de séjour en Mongolie),

– au moment de sortir du poste de contrôle, on contrôle de nouveaux nos passeports.

 On remet les bagages en soute, on remonte dans le car, on roule une minute et on s’arrête de nouveau, à la frontière mongole. Il est environ 13h30. Je vous la refais ? Juste pour le plaisir :

– on ressort les bagages des soutes,

– on montre le passeport au guichet de contrôle, on nous dévisage, on tamponne le visa avec la date d’entrée, on nous dévisage et on nous rend le passeport,

– on passe sous le portique et les bagages aux rayons X. Les bagages suspects sont retenus et fouillés. Sachez qu’en Mongolie, les dosettes de sérum physiologique et les dosettes d’éosine sont considérées comme suspectes 🙂 on explique leur utilité, on nous laisse nos dosettes,

– on remet les sacs en soute, on remonte tous dans le bus puis….le chauffeur vient chercher un passager qui va disparaître au poste de contrôle pendant de très longues minutes. 50 minutes plus tard il réapparaît et nous repartons rapidement,

– 100m plus loin nous sommes de nouveau arrêtés, un contrôleur monte dans le bus pour vérifier de nouveau les passeports….

 On repart et on s’arrête 3 mins plus tard, pour le restaurant ! Il est 15h. On devra attendre jusque 15h45 que l’on redémarre. 

 Pffiou !

Les paysages mongoles sont à couper le souffle : au premier plan, de vastes plaines avec des troupeaux de vaches, de moutons, de chèvres, de chevaux, qui semblent n’appartenir à personne. De temps en temps, une ferme ou une yourte. Le car ralentit parfois pour laisser passer les vaches sur la route. Au second plan, de grandes collines. On roule, on fait quelques pauses, on roule… Le temps est un peu long. Parfois on s’assoupit. 19h30, il fait nuit, il n’y a plus de paysage à regarder, à part peut-être discerner quelques étoiles à travers les vitres embuées. Il n’y a pas de lumière dans le bus, donc pas de lecture. Dormir ? difficile car l’unique route goudronnée n’est pas très large, et quand on croise ou dépasse un camion, ça secoue quand même pas mal. 21h…21h30… « tu vois les lumières de la ville ? » « non toujours rien ». 21h45, des lumières ! On arrive enfin à Oulan-Bator vers 22h, après 14h30 de bus. A peine descendus du bus, on est assailli par des « taxis » « taxis ». Nous décidons de partager un taxi avec le couple de français. Un ami local d’un autre touriste nous aide à négocier le prix et s’assure de notre bonne destination. Nous paierons 10 000 Tugriks, le chauffeur roulera comme un dératé, aura du mal à trouver l’adresse et nous demandera au final le double. Nous donnerons simplement un pourboire. A 23h nous rejoignons notre auberge de jeunesse, qui est plutôt en fait l’appartement d’un couple avec enfant, avec une chambre transformée en dortoir. On y est très bien accueilli, mais ça on vous le racontera plus tard. A minuit on s’endort. Bonne nuit 🙂

Infos pratiques :

Le ticket pour le trajet Oulan-Oude/Oulan-Bator : 1 500 roubles soit environ 22€

Le prix du taxi pour 4 personnes de la gare routière au centre-ville : 10 000 tugriks soit environ 3€50

2 réflexions au sujet de « Notre arrivée en Mongolie : le passage de la frontière »

  1. Coucou ! Un bus de toute beauté, vous avez du passer un merveilleux voyage dans un monde féérique ! Pour les douanes, attendez-vous effectivement à d’autres longues heures d’attente et de contrôle. Je pense par exemple au Chili…. C’est extraordinaire de vous lire, merci de nous faire voyager.

    1. Merci pour ce commentaire Sandra ! Effectivement nous avons attendu un long moment avant de pouvoir repartir. Bientôt nous allons franchir une autre frontière (Myanmar/Thaïlande), croisons les doigts 🤞 Heureux que tu prennes plaisir à nous lire ! Bises.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.