Ile de Koh Rong et Sihanoukville : 26 km de distance et pourtant tant de différences

Lors de notre voyage en Thaïlande, nous avons pris goût aux plaisirs de la plage. Après plusieurs jours passés à visiter les temples sous une chaleur étouffante, il est normal d’être attiré par les plages du sud du Cambodge.

Au départ, nous voulions aller sur l’île de Koh Rong Samloem, réputée plus sauvage et moins touristique que l’île de Koh Rong. Cependant, en faisant nos recherches, nous n’avions rien trouvé qui nous convenait dans les hébergements (trop cher, mauvais commentaires). Notre choix s’est donc arrêté sur l’île de Koh Rong, mais sur une plage coupée du reste de l’île, Coconut Beach, très intimiste donc.

Koh Rong

Koh Rong une île d’environ 78 km², c’est la 2ème plus grande île du Cambodge, son nom signifie l' »île grotte ». Il y a de magnifiques plages de sable blanc, une jungle dense, des endroits où faire la fête, des endroits retirés de tout. Bref, l’île peut convenir à tout le monde, quelque soit ses envies.

Comme souvent nous avons réservé notre transport via notre guesthouse de Kampot, pour plus de tranquillité et sachant que le tarif est le même partout ailleurs. Il est plus que conseillé de réserver quelques jours avant pour être sûr d’avoir une place à bord du bateau, qui n’est d’ailleurs pas très grand. Après avoir eu un petit loupé dans la réservation dû à une réservation tardive, nous décalons juste de quelques heures notre départ vers le paradis blanc…euh c’est pas une chanson?

Le Jour J est arrivé et nous sommes excités comme des gosses à l’idée de partir sur une plage de l’île qui n’est certes pas déserte mais très calme. Le bus est complet et s’engage directement sur la route pour rejoindre Sihanoukville. Le trajet se passe sans encombre et une fois au port nous devons seulement présenter nos billets de bateau et patienter jusqu’au départ. Encore 45 minutes de bateau et enfin nous foulons le sable blanc ! Nous sommes accueillis en personne par Robbie, qui gère le site Coconutbeach Bungalows, avec sa sœur, sous l’œil de leur père. Nous sommes rapidement conduits vers nos quartiers : cette fois-ci pas de chambre double ni de dortoir mais une tente en guise d’hébergement. C’est l’hébergement qui recueillait le plus d’avis positifs (une note de 9,2/10, près de 800 avis, on n’avait encore jamais vu ça) avec un prix plutôt raisonnable.

Nous sommes plusieurs couples à avoir choisi ce mode d’hébergement et Robbie nous conduit tous ensemble vers les tentes et nous montre celles qui sont libres. Préférant avoir un peu d’intimité, nous choisissons une des tentes qui se trouve légèrement en retrait de la plage. Ne comptez pas trouver de prise électrique dans les tentes ni même de ventilateur par contre vous y trouverez un bon matelas, draps, oreillers ainsi que des serviettes de toilettes qui sentent bons le propre. Nous gardons quelques affaires de toilette, notre tenue de plagiste ainsi qu’une tenue de soirée avec nous et le reste de nos bagages sont entreposés dans un local sécurisé par un cadenas à code (où il est possible de recharger ses appareils électroniques). Nous voilà installés en moins de deux minutes alors pas une minute à perdre et nous fonçons profiter de la mer qui est calme et offre une visibilité incroyable : nous voyons nos pieds dans l’eau comme à travers une vitre en verre !

Le soleil se couche de bonne heure sur l’île et il est temps pour nous de rejoindre Robbie qui réserve des petites attentions à ses nouveaux arrivants. La première d’entre elle sera un lâché de lanterne sur la plage. Nous sommes tous réunis sur la plage avec une lanterne pour deux ou par famille et après avoir fait un vœux nous lâchons la lanterne qui s’envole parmi les autres au-dessus de la mer. C’est très beau et en plus Robbie nous met en fond une musique romantique !

A peine avons nous terminé notre repas que Robbie revient nous voir et annonce que la baignade avec le plancton fluorescent va bientôt avoir lieu. On ne perd pas une seconde et filons vite à la tente remettre notre maillot de bain et en quelques minutes nous sommes sur la plage avec nos masques et nos tubas. On ne sait pas trop comment ça va se passer mais d’autres touristes connaissant le principe (très simple) nous expliquent qu’il faut simplement faire des mouvements dans l’eau et le plancton va réagir en s’éclairant. Rien de bien sorcier n’est-ce-pas? D’autres touristes utilisent un t-shirt et le plongent dans l’eau ; lorsqu’ils le ressortent on aperçoit très bien les lumières du plancton. Masque, tuba en place, nous plongeons : wahou, on se croit dans un film de science-fiction. On nage et on s’émerveille à chaque mouvement. Pour nous permettre d’apprécier encore plus ce moment, Robbie coupe complétement les lumières de l’hotel. Moment magique.

Remis de nos émotions, nous prenons une douche et filons vite dans notre tente pour se mettre à l’abri d’une grosse averse. Après une bonne nuit de sommeil nous sommes en forme pour…bronzer sur les transats, bouquiner, aller se baigner, manger et se détendre devant un feu de camp organisé presque tous les soirs au bord de la plage, bière à la main. Et oui vous l’aurez vite compris, nous n’avons pas entrepris de grande exploration ni même de visite de temple (rires) pendant ces quelques jours sur l’île de Koh Rong. Cela nous a fait le plus grand bien et franchement nous ne regrettons pas du tout notre choix.

Petites infos en vrac :

Pour chaque tente : il y a une cruche d’eau pour se rincer les pieds avant de réintégrer sa tente, un encens anti-moustique allumé tous les soirs, des draps et serviettes de toilette propres tous les jours, des fils à linge pour étendre votre linge humide. Les tentes sont surélevées pour empêcher les grosses bêtes d’éventuellement s’y glisser et éviter l’humidité. De grandes bâches protègent les tentes de la pluie, du vent et du soleil.

Pour la plage : les déchets ramenés par la mer sont nettoyés tous les jours par l’équipe (c’est fou tout ce qu’il peut y avoir). Il y a un espace très sympa avec transats, hamacs et balançoires.

Pour la mer : Robbie met à disposition (gratuitement) des masques et tubas, ballons et frisbees, grosses bouées avec lesquelles on s’est bien marré. Il y avait également un ponton, mais le vent a eu raison de lui.

Pour s’occuper le reste du temps : Robbie dispose d’une très belle bibliothèque (mais les livres ne sont qu’en anglais) et un espace où l’on peut échanger des livres (toutes les langues). Il a également de nombreux jeux de société. Comme dit précédemment, il propose régulièrement quelques activités : lancée de lanterne, feu de camp, plancton fluorescent, lever de soleil sur la plage. Il donne également des conseils si vous souhaitez explorer l’île ou tout simplement rejoindre la civilisation (il faut s’armer de courage car à pied c’est très loin, mais possibilité de louer un scooter).

Pour manger : il y a un restaurant tenue par la Pia, la sœur de Robbie. Bien que la carte soit assez limitée, les repas sont délicieux et généreux (à partir de 3$). Il est possible de manger dans les restaurants des autres lieux d’hébergement. Mais c’est assez restreint car encore une fois vous êtes sur une plage retirée de tout. Le dernier jour, Pia nous offre une belle assiette de fruit frais avec un mot nous remerciant d’avoir passés 6 nuits dans leur établissement. Ah oui et aussi on a le droit à une bouteille d’eau gratuite par jour.

– Nous n’avons pas fait de snorkeling car notre séjour a été assez venteux. C’est super pour batifoler dans les grosses vagues mais pas pour explorer les fonds marins.

On parle peut-être beaucoup de notre hébergement, mais c’est vraiment ce qui a contribué à nous faire passer un merveilleux séjour de 7 jours, en présence d’une famille adorable.

Sihanoukville

De retour de notre petite île, nous débarquons dans une ville qui fourmille d’activités et nous sommes sollicités tous les 100 mètres par les chauffeurs de tuk-tuk (oui encore eux) ou par les serveurs et serveuses des restaurants/bars. Nous avons besoin de quelques heures pour nous réhabiliter à toute cette activité.

Sihanoukville est la ville qui permet d’accéder aux îles de Koh Rong et Koh Rong Samloem mais pas que. C’est aussi le premier port du Cambodge et la plus grande station balnéaire du pays. La ville est grande et se compose de plusieurs quartiers. Nous étions dans le quartier Sud, le plus touristique, là où il y a le plus d’hébergements, de restaurants, de bars et d’agences. Il y a un quartier dit plus glauque au nord : Victory Hill, un centre-ville et au Sud on trouve les plages Otres.

Notre voyage touchant à sa fin, tout comme notre budget (pour le Cambodge), nous avons choisi de loger dans un dortoir non loin des plages. Dans cette optique de « restriction budgétaire » nous avons opté pour des activités non payantes, appelées aussi gratuites : balade sur la plage, baignade, bouquinage, grasse matinée. Nous avons aussi utilisé ce temps à bon escient afin de préparer nos futures escales à savoir l’Indonésie et la Nouvelle-Zélande. Eh oui on fait ça bien chez Les Globes Trotters !

Nous étions proches des plages de Serendipity et de Occheuteal. Bon comment dire…. est-ce que c’est parce qu’on revenait d’une plage idyllique ? Est-ce que c’est parce que c’est une zone archi-touristique ? Mais en tout cas, nous n’avons pas du tout aimé. Pourtant on a insisté hin, on a marché pendant une heure aller et une heure retour de long de ces deux plages mais le charme n’a pas du tout opéré. Tout le long des plages il y a des restos/bars, en plus ou moins bon état. Quelques fauteuils confortables pour quelques uns mais beaucoup d’endroits qui semblent à l’abandon : parasols défoncés (touristes défoncés aussi), et surtout énormément de déchets. Pour le dire clairement, les plages sont dégueulasses et ça fait bien mal au cœur de voir ça.

L’eau par contre est claire. Il y a tout de même 2/3 déchets qui flottent par-ci par-là, que nous récupérions et jetions à la poubelle même si nous savions que c’était une tâche vaine. Il se peut que vous soyez dérangés par les nombreux jet-ski qui roulent ? flottent ? glissent ? comme des fous furieux, tout prêt des gens qui se baignent (sans parler des bonnes odeurs de gaz d’échappement). Non décidément, je pense qu’on n’arrivera pas à vous faire envie. À moins que vous ne soyez des adeptes de la méga fête, alors c’est fait pour vous (drogues et prostitution vous ouvrent les bras). Enfin, peut-être espériez vous vous reposer tranquillement sur la plage ? C’est possible, mais il faudra tout de même répondre poliment aux nombreuses sollicitations de « Massage lady ? Manucure lady ? ». Ah si ! Le soir on a assisté à un spectacle de feu (jonglage) et c’était plutôt chouette ! Ah bah en voilà du positif ! On a aussi aimé les vendeurs de « chouchou/chichi/beignet » transformés en vendeurs de « poulpes grillés/crabes grillés/seiches grillées », c’est assez rigolo à voir. Et puis voir les Cambodgiens, se baigner tout habillés, s’éclater comme des fous, ça fait plaisir à voir.

C’est peut être un tableau bien noir qu’on vous brosse ici, mais c’est ce qu’on a ressenti. Rien d’objectif. Nous vous invitons à faire votre propre expérience et à nous la raconter si le cœur vous en dit.

Il paraît que les plages d’Otres, plus au Sud, sont plus propres et moins touristiques. Nous ne les avons pas testé car il faut prendre un touk-touk pour vous y emmener sinon ça fait quand même une sacré trotte à pied.

Il y a aussi la possibilité de faire de la plongée, du snorkeling, des balades à cheval, des balades en bateau ou encore de louer un scooter pour visiter les environs. J’essaie de vous remonter le moral.

C’est sur ces dernières notes que nous avons pris un mini-van direction l’aéroport de Phnom Penh pour nous envoler ensuite vers l’Indonésie !

Infos pratiques :

– Ticket combiné de Kampot à Koh Rong (bus + bateau aller-retour) : 25$ soit environ 21€

-Si vous allez sur la plage de Coconut Beach à Koh Rong, n’oubliez pas de le préciser lors de la réservation. Étant une plage isolée, toutes les compagnies ne font pas le détour pour cette plage.

– 1 nuit en tente deux places au Coconutbeach Bungalows : 15$ soit environ 12€65

– 1 nuit en dortoir au Spicy Society Hostel : 6$/personne soit environ 5€62

– Ticket de mini-van de Sihanoukville à Phnom Penh : 10$/personne soit environ 8€43

3 réflexions au sujet de « Ile de Koh Rong et Sihanoukville : 26 km de distance et pourtant tant de différences »

Laisser un commentaire