Navigation sur le Lac Titicaca

Départ à 6h45, la guide a voulu que nous prenions le bateau tôt car la veille le Lac Titicaca était très agité et les bateaux ne pouvaient plus circuler. Le temps d’aujourd’hui étant incertain, il vaut mieux rentrer tôt plutôt que de se faire avoir. Nous prenons donc le bateau vers les 7h10/7h20 et naviguons sur les flots du lac. Le lac est le plus haut lac navigable du monde, il s’étend sur des centaines de kilomètres entre le Pérou et la Bolivie (8100 km²).

Les Îles du lac Titicaca sont mondialement renommées pour leur beauté et leurs traditions rurales préservées, qui datent de l’époque précolombienne.
Nous commençons par les Iles flottantes Uros. Les Iles flottantes sont fabriquées à partir de totora, des sortes de roseaux. Les Uros confectionnent avec cette matière leurs maisons, leurs bateaux, leurs artisanats et surtout leurs îles.
Nous accostons sur une petite île, nous sommes chaleureusement accueillis par les habitants. Le guide nous fait un petit speech sur le mode de vie des habitants, puis ces derniers nous invitent à visiter leurs maisons. Les habitants sont vêtus de leurs habits traditionnels qui sont très colorés. Un petit marché artisanal est présenté par nos hôtes.

Nous quittons les îles Uros vers les 8h30 et continuons notre route pour l’Île de Taquile. Communauté quasi autonome du gouvernement péruvien, les Taquilenos vivent selon des traditions ancestrales et fascinantes. Sur cette île magnifique perchée à 4000m d’altitude, c’est le Conseil des anciens qui gère les activités touristiques. Habitée depuis des millénaires, Taquile est une petite île de 7m² qui compte environ 2200 habitants.
Sur l’île, la vue est magnifique, au loin nous pouvons voir la Cordillère Blanche. Après de nouvelles explications du guide sur l’île, les us et coutumes de ses habitants, nous déjeunons dehors, face au lac.
Les hommes portent un bonnet en laine aux mailles serrées qu’ils tricotent eux-mêmes. Les couleurs ont une signification sociale : rouge pour les hommes mariés, rouge et blanc pour les célibataires. Les femmes tissent de larges ceintures colorées pour leurs maris, qui les portent sur des chemises blanches et d’épais pantalons noirs qui s’arrêtent aux mollets. Les femmes ont également une belle allure avec leurs nombreuses jupes superposées et leurs blouses finement brodées.

Nous redescendons direction le bateau pour regagner Puno. Après un départ un peu chaotique, nous nous apprêtons à faire les 2h30 de lac. Il est 13h30. Malheureusement, le lac est très agité et le bateau tangue beaucoup et une bonne partie du trajet. Nous mettrons d’ailleurs un peu plus de temps que prévu. Nous touchons terre vers les 16h20, regagnons le bus puis l’hôtel.

Nous avons quartier libre, nous partons alors à l’assaut de Puno, passons par la place d’Armes, et faisons la rue commerçante.
Avec une grand-place majestueuse, des bâtiments en béton et des ruines en brique, Puno est à la fois austère et séduisante. Le centre-ville peut sembler pollué et froid, les rues embouteillées où les mototaxis et tricyles frôlent les piétons, mais les habitants sont chaleureux.

Laisser un commentaire