L’île du Nord de la Nouvelle-Zélande

Après notre aventure sur l‘île du Sud, nous avons rejoins l’île du Nord via le ferry entre Picton et Wellington.
Voici donc la suite de notre road-trip, toujours avec notre fidèle compagnon Bruce. Un seul article cette fois-ci, mais tout autant de lecture, alors installez vous confortablement ! Bonne lecture !

Dès la sortie du bateau, nous nous dirigeons vers notre « camping » où nous laissons la voiture. Wellington est la capitale de la Nouvelle-Zélande, elle compte environ 400 000 habitants et se situe sur la pointe la plus au sud de l'île du nord. Plus petite qu'Auckland, c'est pourtant une ville très dynamique, avec une ambiance décontractée. Elle dispose de nombreux musées gratuits, de nombreux parcs arborés, d'un emplacement en bord de mer, elle a vraiment tout pour plaire. Parfois surnommée Wellywood car elle attire de nombreux studios de tournage (dont le fameux Seigneur des Anneaux), parfois surnommée Windy Wellington car un vent fort souffle toute l'année (oubliez le brushing!).

Ce que nous y avons fait :

Le musée Te Papa : musée gratuit, interactif, très intéressant qui s'étale sur 6 étages avec différents thèmes : environnement naturel, l'impact de l'Homme sur le milieu naturel, les Maoris, les gens du Pacifique et autres communautés, la faune et la flore de la Nouvelle-Zélande (dont un calamar colossal, le seul spécimen complet au monde), il y a même une marche à faire dans une reproduction de l'environnement luxuriant du bush. On y passe beaucoup de temps, on s'essaie aux jeux interactifs, on profite de la vue du 6ème étage, on prend un café, recharge les batteries des appareils au 3ème étage, on passe par la boutique au niveau 1 et la visite est terminée ! On peut y passer des heures tellement le musée est bien fait et passionnant. Nous n'avons pas tout fait car cela aurait pris plusieurs jours ! Il existe différentes options de visite guidée, mais cela a un coût supplémentaire (à partir de 20$NZ/pers).

Cuba Street : rue animée et colorée, il y a de nombreux bars et restaurants très sympathiques.

Le Mont Victoria : nous y sommes allés à pied du parking/camping, cela a pris 10 mins en traversant un quartier résidentiel très pentu. Nous arrivons au pied du parc, comme d'habitude, les différentes balades sont très bien indiquées. Nous commençons par grimper quelques marches et marchons un peu et nous tombons sur deux sortes de balançoires, en corde, accrochées à un arbre. Se balancer dans le vide avec une vue sur la ville, ça n'a pas de prix ! Nous continuons le chemin, parfois raide, parfois plat mais en tout cas très sinueux. Après 25 minutes de marche nous arrivons à un mémorial, puis nous grimpons une pente très raide (la flemme de faire le détour plus conventionnel) pour arriver au sommet du Mont. Nous avons une belle vue à 360°, nous avons du soleil et une bonne visibilité, chouette ! Nous en prenons plein les mirettes puis nous redescendons du mont par la même pente raide et après le mémorial nous descendons une pente par un toboggan (gamins nous ?). Nous restons dans le parc et nous nous dirigeons vers un endroit où a eu lieu une scène de tournage du Seigneur des Anneaux : la scène où les hobbits se cachent derrière un tronc d'arbre pour échapper à un Nazgul. Bon, ça ne casse pas trois pattes à un canard hin, mais c'est sympa de savoir que ça c'est déroulé ici.

Le cable car : petit funiculaire très charmant qui vous emmène sur les hauteurs de la ville. C'est un parcours de 612 mètres avec une élévation de 120 mètres en seulement 5 minutes. Il part toutes les 10 minutes et dessert quelques stations. La promenade ne dure pas plus de 5 minutes mais c'est toute de même sympathique à faire. Nous avons payé l'aller 4$NZ et nous sommes redescendus à pied par le Botanic Garden.

Le Botanic Garden : encore une fois il existe plusieurs chemins possibles pour redescendre en ville. Une carte est même disponible. Nous optons pour l'un des chemins que nous repérons facilement grâce aux fleurs mosaïques ancrés dans le sol, ce chemin nous fait redescendre en ville. La promenade au travers du jardin est très agréable, les jardins sont magnifiques et classés par thèmes. Nous traversons également un cimetière puis nous arrivons au niveau du Parlement avec son architecture particulière.

Les quais, le port : ils sont très bien aménagés et c'est très agréable de s'y promener (quand on arrive à oublier le vent). Des aménagements sont prévus pour se baigner dans l'eau du port, mais sa propreté nous laisse un peu perplexe. En tout cas ça n’empêche pas les néo-zélandais de s'y éclater et de se lancer des plongeoirs. La vue des quais est superbe, notamment avec la lumière couchante du soir. Nous y avons vu des stingrays, tout au bord du quai.

Zealandia : nous nous sommes passionnés pour les oiseaux endémiques de Nouvelle-Zélande au fil de nos différentes promenades dans les forêts du pays, notamment sur l'île du Sud. Nous avons appris à reconnaître certaines espèces et à distinguer leurs chants. Nous avons voulu approfondir nos connaissances en la matière... et puis surtout nous avions très envie de voir un kiwi ! Zealandia est un site de 252 hectares en pleine foret de régénération. Les oiseaux et animaux y vivent dans un environnement sans aucun prédateur. En plus de l'entrée dans le parc, nous avons réservé un tour guidé le soir pour espérer voir un kiwi (qui vit la nuit). Dans le parc, il y a beaucoup de chemins de randonnées possibles. Sur conseil du personnel, nous optons pour un chemin qui fait le tour du complexe en 2h de marche. On commence la promenade, très agréable, d'abord sur un chemin goudronné puis dans les petits chemins qui traversent la forêt. On aperçoit très vite nos premiers oiseaux ! On marche lentement, on lève la tête au moindre chant que l'on entend, on prend notre temps pour les photographier et pour les reconnaître à l'aide d'un dépliant qui nous a été remis à l'accueil. Nous cochons au fur et à mesure les oiseaux que nous avons repérés et nous faisons un carton plein : le tui au chant particulier et reconnaissable grâce à ses 2 pompons blancs sous la gorge, le Kereru, une sorte de gros pigeon, le Saddleback, oiseau noir et orange, le fantail, oiseau avec la queue en éventail, et tant d'autres ! Promis on vous en fera un article. Nous avons été gâtés et nous avons réussi à prendre de belles photos. Au final, nous avons mis 3h30 pour faire la balade.

Nous sommes revenus le lendemain soir pour le tour guidé de nuit. Nous sommes un petit groupe de 10 personnes. La visite commence par un petit film sur la création de Zelandia, puis nous commençons la promenade dans le parc. La guide est sympa et nous captons à peu près ce qu'elle dit (quand on se concentre bien). Le tour dure 2 heures, et nous marchons là où nous avions marché la veille. Durant le tour, nous avons vu deux nouveaux oiseaux que nous n'avions pas vu la veille...mais malheureusement nous n'avons pas atteint notre objectif, nous n'avons ni entendu ni vu de kiwi, c'est donc un peu déçus que nous rentrons nous coucher sur le parking du centre-ville.

La Weta Cave : un peu éloignée du centre-ville de Wellington, c'est une visite très intéressante pour tous les fans du Seigneur des Anneaux à travers les studios qui ont servi au tournage et à la confection des décors et costumes. Ce sont des tours organisés d'une heure, avec guide anglophone. Autant dire que nous n'avons pas capté grand chose au discours du guide. On a du louper un certains nombre d'anecdotes ça c'est sûr, il faut vraiment que l'on peaufine notre anglais. Bref, cela ne nous a pas empêché d'apprécier ce moment car nous y avons vu des armures, des armes, des costumes, des maquettes, des secrets de fabrication du film Le Seigneur des Anneaux, mais pas que, cela concerne aussi d'autres films tels que Le Monde de Narnia, King-Kong, District 9, La Grande Muraille, etc. Bon ça démystifie un peu le film mais c'est passionnant. Une visite que nous avons apprécié mais peut-être pas à sa juste valeur, nous sommes restés un peu sur notre faim. Il est possible de faire différentes formules. En pleine saison, il vaut mieux réserver à l'avance sur internet.

Quoi d'autres ? Il existe des cartes des brasseries de bières dans Wellington ou une carte en lien avec les tournages de films. Vous les trouverez sur le i-site, office du tourisme, où l'on a envie de prendre tous les prospectus !

Où avons-nous dormi ?

Pas très glamour mais tellement pratique, nous avons dormi sur un parking autorisant le stationnement 24h/24, 7j/7. Le parking est idéalement situé au centre de la ville, à côté du musée Te Papa. Cette astuce est connue car nous ne sommes pas les seuls à « squatter » ce parking pour la nuit. C'est un parking donc pas de douche, pas de commodité particulière, si ce n'est des toilettes publiques à proximité. Ah si, il y a le wifi gratuit et illimité ! Nous avons payé 30$NZ + 0,60 centimes (taxe) pour 24h soit 18€20.

Nous avons hésité à faire une pause entre Wellington et le parc national du Tongariro, mais n'ayant rien vu d'attractif sur la route, nous avons directement tracé.

Nous avons suivi la route 1, dans les terres. La route est droite, plate et il ne se passe rien d’exceptionnel. Les paysages sont jolis mais sans attrait particulier.

Dans la ville de Bull, nous trouvons de l'essence vraiment pas chère, si jamais ça peut être utile, puis nous poursuivons la route jusque Whanganui où nous faisons une pause déjeuner au bord de la mer. Puis nous suivons la route 4, la route est plus sinueuse et les paysages beaucoup plus beaux, nous faisons d'ailleurs quelques arrêts photos aux lookout. Nous voyons une belle cascade, des sommets enneigés, de beaux paysages vallonnés et montagneux, la route passe plus vite ! Nous avons fait 337 km entre Wellington et notre camping près du parc national Tongariro.

Choses à savoir pour faire le Tongariro Alpine Crossing

Qu'est-ce que c'est ? Souvent décrite comme la meilleure des randonnée à faire en Nouvelle-Zélande, réalisable en une journée, il s'agit d'une randonnée de 20 km environ, faisable en 7 à 9h (pauses incluses) et il n'y a pas besoin de guide. Elle traverse le « Mordor » du film Le Seigneur des Anneaux de Peter Jackson, mais également une des aires volcaniques la plus active du pays. Le chemin traverse la vallée Mangatepopo, passe entre le Mont Tongariro et le Mont Ngauruhoe, monte vers le Cratère Rouge (point culminant à 1886m), arrive aux lacs d'Emeraude puis redescend au parking d'arrivée.

Organiser le parking : comme dit précédemment il s'agit d'une randonnée de 19,4 km, et ce n'est pas une boucle, ni un demi-tour, donc le point de départ et le point d'arrivée ne se trouvent pas au même endroit.

Le parking du point de départ : il n'est possible d'y stationner que 4h. Autant dire que c'est compliqué de faire entièrement le parcours en 4h.

Comment faire ? Il faut garer sa voiture au point d'arrivée (arriver tôt car le parking est tout petit) et prendre une navette qui vous emmènera au point de départ. Lors de la pleine saison il est nécessaire de réserver la navette en avance. Fin février, nous avons réservé la navette via internet quelques jours avant. Il existe différentes compagnies, avec différents horaires. Les prix sont sensiblement les mêmes, entre 30 et 35 $NZ par personne. Nous avons choisi l'horaire le plus tôt qui était disponible au moment de la réservation : 6h20.

La navette est partie vers 6h30/40 et a mis 20/30 mins pour arriver au point de départ. A 7h du matin il y avait déjà du monde !

Quoi emmener ? Petit sac à dos contenant des vêtements de pluie si besoin, des vêtements chauds, lunettes de soleil, crème solaire, casquette, de l'eau, le déjeuner, des barres de céréales, appareil photo. Il est nécessaire d'avoir de bonnes chaussures de randonnée.

Quelle difficulté ? De « facile à modérée » selon les informations recueillies. Plus précisément ?

Du parking de départ à Mangatepopo à Soda Springs (cascade), il y a une heure de marche facile, sur une chemin bien balisé, relativement plat (4,4km).

De Soda Springs au South Crater, il y a une heure de montée modérée, il y a parfois des marches, parfois il faut grimper sur un chemin moins bien balisé, mais il suffit de suivre le mouvement.

Du South Crater au Red Crater, il y a 1h de grimpette assez difficile et très très venteuse dans notre cas, cela a rajouté de la difficulté car il était très difficile de lutter contre le vent. Il y a 2,6km pour arriver au point culminant de la promenade à 1886m. Nous avons mis nos vêtements chauds et cache-cou car avec le vent il faisait plutôt froid !

Du Red Crater aux lacs d’Émeraude, il y a 10 minutes de descente assez difficile car très glissante, la terre est très meuble, on s'y enfonce facilement, mais il y a aussi des gros blocs de roche en dessous. Il faut faire très attention.

De nouveau 10 minutes de marche pour atteindre le Blue Lake, cela remonte, mais très légèrement. Il est interdit de se baigner, dans aucun des lacs.

Puis, à partir du Blue Lake, cela ne fait que descendre. La première partie de la descente est très belle, les paysages sont magnifiques, le chemin est naturel.

La deuxième partie de la descente est plus longue et monotone. Chemin étroit aménagé, en pente très douce qui serprente, serpente, serpente à l'infini. On voit les autres gens devant, très loin, c'est presque décourageant. De plus, s'il y a beaucoup de monde, il faut se suivre presque à la queue leu leu. C'est le seul point négatif de la randonnée, à mon sens.

Les 45 dernières minutes se font au travers d'une très belle forêt où nous retrouvons notre nouvelle passion pour les oiseaux.

Nous avons vu des familles avec enfants faire la randonnée. La seule partie vraiment difficile est pour atteindre le point culminant.

Est-ce que ça vaut le coup ? Oui, mille fois oui. Nous avons mis 5h30 de marche effective, mais au total nous avons passé 7h sur le site, pauses incluses. Les paysages sont grandioses. Bon, la première partie nous n'avons pas eu un temps folichon, couvert, nuageux, nous n'avons pas vu les sommets des monts qui nous entouraient. Au Red Crater, les nuages se dissipaient et passaient vite, nous avons pu avoir une vue plus sympathique et nous avons vu les lacs et leurs couleurs extraordinaires. Sur la fin, nous avons eu un fin crachin, mais rien de grave.

Les paysages volcaniques sont magnifiques et on essayait de se remémorer les scènes du Seigneur des Anneaux. L'odeur de soufre et les fumerolles s'ajoutent à nos sens et donnent du relief à nos découvertes.

On ne peut que vous conseiller d'y aller le plus tôt possible car la randonnée est vraiment très fréquentée (en même temps, on l'a fait un samedi).

Où avons-nous dormi ?

Nous avons dormi au Discovery Lodge Motel, à seulement 25 km du parking d'arrivée de la rando. Un peu déçus d'être placés sur la place de parking d'une cabane (que nous n'avions pas le droit d'utiliser), les installations sont un peu vieillottes, les douches n'ont pas de porte mais des rideaux, il n'y a pas de wifi. La cuisine est petite mais fonctionnelle. L'espace commun, avec tables et prises est spacieux. Nous avons payé 18$NZ par personne, soit 10€55.

Waitomo est une petite ville connue pour ses grottes de vers luisants. En arrivant vers le village, vous verrez de nombreuses publicités de différentes agences proposant des excursions dans les grottes, à pied, en bateau, en canoë, en kayak, etc. De quoi perdre la tête face à ces innombrables choix.

Pour s'y retrouver, nous avons été à l'i-site, au centre du village. Il dispose de nombreux prospectus, mais encore une fois, pas facile de s'y retrouver et de comparer. Pas de soucis, l'i-site a mis en place un classeur comparatif, très simple, très compréhensible, mettant en valeur le coût, la durée de l'excursion, le détail de la visite. Plusieurs choses à regarder : la durée totale de l'excursion, la durée du tour en bateau, le nombre de grotte visitée, la taille du groupe et la possibilité ou non de faire des photos.

Selon le rapport qualité-prix-durée de l'excursion, nous avons opté pour l'agence Spellbound.

Les vers luisants : d'abord un petit mot sur ces étranges bestioles. A l'état larvaire, afin de s'alimenter ces insectes produisent de la lumière pour attirer les proies. Les proies se font piéger dans des filaments gluants produit par la larve. Une fois développés, les vers s'apparentent à des petits moucherons et ils ne produisent plus de lumière. Les vers luisants vivent dans les milieux humides et sombres.

Notre excursion avec Spellbound : au programme : 1 guide anglophone, 2 caves, un groupe de 12 personnes max, 1 tour en bateau de 45 mins, une durée totale de 3h30 de visite, un prix de 75$NZ (soit 44€) par personne et plus de 30 000 vers luisants à admirer.

A 10h, nous sommes chaleureusement accueillis par Pete notre guide. Nous sommes 12 personnes. Nous prenons un mini-van, direction la première grotte qui se trouve à 30 minutes. En chemin, Pete nous donne plein d'infos sur la région et sur les paysages que nous voyons.

Nous parcourons ensuite un petite chemin dans la vallée à pied pour arriver à l'entrée de la première grotte. Pete nous remet des casques avec lampes frontales et un support pour fixer notre appareil photo aux trépieds fixes mis à disposition dans la grotte. Il nourrit également d'énormes anguilles que nous voyons remonter le torrent, chouette.

On pénètre dans la grotte, éclairée par des spots que Pete allume et éteint au fil de notre avancée. La grotte est chouette, avec des stalactites et stalagmites, une grotte quoi. Avec nos lampes sur la tête, on entrevoit de temps en temps un petit vers luisant, par ci par là, mais sans plus. A un moment Pete nous demande d'éteindre nos lampes. Puis il éteint tous les spots de la grotte. Il faut quelques minutes à nos yeux pour s'habituer à l'obscurité et très vite, waaaaaaah, des milliers et des milliers de points lumineux nous entourent. Une tapisserie de vers luisants ! Un ciel étoilé de vers luisants ! C'est tellement magique. Pete nous montre le trépied pour faire des photos et nous laisse l'utiliser en toute tranquillité. Bon, on galère avec les réglages, on n'arrive pas à obtenir ce qu'on veut...puis Pete revient vers nous et nous montre comment il faut faire (si vous voulez plus d'infos sur les réglages, faites-le nous savoir) et effectivement la photo est très belle. Dommage que nous n'ayons plus le temps de faire d'autres essais, un peu frustrant, mais nous ne voulons pas retarder le groupe.

Nous grimpons ensuite dans une sorte de gros rafting, et nous nous laissons bercer par la douceur de la promenade sur l'eau et de la voie lactée de vers luisants au-dessus de notre tête. On semble tous profiter de ce moment magnifique, en silence. Pete fait plusieurs aller-retours, se rapproche des parois, nous en prenons plein les yeux.

Nous ressortons de la grotte, faisons quelques pas et nous nous asseyons sur des bancs pour une distribution de thé et petits gâteaux tout en discutant les uns avec les autres. Petite pause sympathique.

Nous partons en direction de la 2ème grotte, par un petit chemin dans la forêt. Pete nous raconte l'histoire et des anecdotes sur cette grotte. Nous y voyons des ossements de cousins du kiwi qui seraient là depuis des centaines d'années, nous y voyons une stalactite en cours de formation, au fond de la grotte il y a un magnifique puits de lumière naturelle qui donne une ambiance très mystique. Nous faisons demi-tour et Pete joue toujours avec les interrupteurs au fur et à mesure de notre avancée. A un moment, Pete nous demande de nous mettre en file indienne : main droite sur la main courante, main gauche sur l'épaule de la personne devant. Il éteint toutes les lumières. Nous retrouvons notre ciel étoilé. Nous avançons lentement dans le noir, parcourant quelques mètres, guidés par la lumière des vers luisants. Je n'ai plus de mots pour vous dire à quel point cela est magique. Suite à cela, nous ressortons ensuite de la grotte, reprenons le mini-van et c'est le moment de se dire au revoir. Nous remercions chaleureusement Pete car nous avons passé un très bon moment.

A savoir : il est à noter, que pendant tout notre séjour sur l'île du Sud, grâce notamment à CamperMate, nous avons découvert des endroits à vers luisants, en pleine campagne, visitables la nuit, gratuitement. Bon, il y en a moins que dans une grotte et le plus souvent ce sont dans des talus de terre, mais nous avons toujours apprécié ces moments, qu'ils soient nombreux ou non, nous avons toujours eu les yeux remplis de magie.

La Kiwi House d'Otorohanga

Frustrés par notre expérience ratée à Zealandia à Wellington (voir point numéro 1), nous avons découvert la Kiwi House grâce à l'i-site de Waitomo. Cela ne se trouve qu'à 15 mins en voiture et on est quasiment certains de voir des kiwis. On saute sur l'occasion.

La Kiwi House dispose de plusieurs enclos nocturnes où se trouvent des kiwis mais il y a également tout un parcours à faire pour découvrir d'autres oiseaux natifs de la Nouvelle-Zélande. Bon rien à voir avec Zealandia. Ici la plupart des oiseaux sont dans des enclos grillagés, sauf les canards, et il y a beaucoup de canards.

La visite est-elle indispensable ? Non pas du tout. S'il n'y avait pas eu de kiwis, nous ne l'aurions pas faite.

On y a été, alors on vous raconte quand même. Je ne vais pas vous détailler l'ensemble du parcours où il est possible de voir des canards donc, mais aussi des faucons, des chouettes/hiboux, des martin-pêcheurs, différents échassiers, des sortes d'oies, etc. Il y a une sorte de volière avec des oiseaux de la forêt, mais honnêtement, autant aller vous promener en forêt où vous en verrez tout autant.

Je vais plutôt m'attarder sur le kiwi, l'objet de notre visite. Partir de la Nouvelle-Zélande sans en avoir vu, cela aurait été dommage. Très difficile de les voir dans leur milieu naturel (surtout qu'ils vivent la nuit), nous avons opté pour cette solution.

Il y a en tout 3 espaces nocturnes. Dans le 1er, il n'y a qu'un seul kiwi. Dans les 2 autres, ils y en a 2 et 2. Lorsque nous pénétrons dans le premier espace, il faut un certain à nos yeux pour s'habituer. Très rapidement nous voyons le kiwi. C'est tellement fascinant comme animal, il est très rigolo, de part sa forme et sa manière de se déplacer. Plus d'infos sur l'article à venir concernant les oiseaux.

Nous avons passé du temps devant les deux autres enclos mais les kiwis ne se sont pas montrés. Il est possible de les voir sur un écran filmé en infrarouge par une caméra de surveillance et ils faisaient dodo.

Est-ce que nous regrettons la visite ? Non, car nous étions comme des gosses quand nous avons vu le kiwi, trop mignon, trop rigolo. Nous ne pouvons malheureusement pas vous le montrer car les photos étaient interdites.

A savoir : il y a des prix réduits régulièrement sur bookme.co.nz. Il y a le "National Kiwi Centre" à Hokitika qui est peut-être plus intéressant et instructif si votre objectif est de voir des kiwis. 

Où avons-nous dormi ?

Nous avons dormi dans un camping gratuit à Te Kuiti, un peu en dehors de la ville : Mangaokewa Scenic Reserve. Il faut s'y rendre assez tôt pour être sûr d'y avoir une place. Le terrain est agréable, vert et boisé, au bord d'une rivière. Il y a des toilettes et un évier, pas de douche ni de wifi. En même temps, c'est gratuit.

Il y a environ 150 km de Waitomo à Taupo, en 2h de route. Pouakani Totara Tree Walk : en route, à mi-chemin, nous avons fais une petite marche agréable d'une heure : «Pouakani Totara Tree Walk» en plein cœur d'une forêt très dense et très belle. Toujours autant d'oiseaux à observer : fantail, miro miro, keruru, etc. Le parcours est très plaisant et débouche sur un Totara géant. Pour être géant, il est vraiment géant ! Il est protégé par une palissade en bois, mais ça n'empêche pas de l'admirer. Il faut lever haut la tête pour en voir le bout. Le tronc de l'arbre est également impressionnant, son âge est estimé entre 1750 et 1850 ans.

La région de Taupo est l'une des plus visité du pays. La ville doit son nom au lac au bord duquel elle est installée. Ce lac est le plus grand du pays : 40 km de long et 30 km de large. Son succès vient de son activité géothermique, dûe à l'explosion d'un volcan il y a plusieurs centaines d'années. Il y a de nombreuses activités à faire, sportives, culturelles, et son décor carte postale n'est pas pour déplaire.

Du Spa Thermal Park à la cascade Huka : il est possible d'aller en voiture au pied de l'Huka Fall, mais nous avons préféré marcher un peu. Nous sommes partis du parking du Spa Thermal Park et nous avons emprunté la « Spa-Huka Walkway », chemin agréable au travers la forêt tout en longeant la rivière Waikato. Au bout de quelques minutes seulement après le début de la balade, nous arrivons au « Otumuheke Stream » où nous voyons de nombreuses personnes en maillot de bain à barboter dans l'eau. Il y a beaucoup de courant dans la rivière Waikato et c'est très dangereux de s'y risquer. Cependant, à cet endroit, il y a un petit espace qui échappe au courant de la rivière et qui forme une piscine naturelle alimentée par une cascade. Pourquoi tant de succès ici me direz-vous ? Et bien parce qu'ici l'eau de la cascade est naturellement chaude et produit beaucoup de vapeur chaude. La rencontre entre l'eau chaude de la cascade et l'eau de la rivière provoque un petit espace d'eau chaude très agréable pour s'y baigner. Une sorte de spa naturel et gratuit. Nous ne l'avons pas testé, nous avons continué notre route jusqu'à la cascade. Nous sommes impressionnés par la clarté, la transparence, le bleu magnifique de la rivière, c'est sûr que ça donne envie d'y faire un plongeon ! Après 1h de marche nous arrivons à la cascade Huka. Nous l'entendons d'abord, elle fait un bruit très impressionnant, puis nous la voyons. On voit le haut de la cascade lorsque l'on est sur le petit pont, puis à une minute de marche, il y a un autre point de vue sur l'ensemble de la cascade. Elle n'est pas très grande mais la violence du débit de l'eau est très impressionnant. Près de 200 000L d'eau se déverse chaque seconde, c'est assez pour remplir 5 piscines olympiques en 1 minute. L'eau bleue est extraordinaire. Malgré le mauvais temps, nous n'en perdons pas une miette. Après avoir profité du spectacle nous faisons demi-tour pour un retour au parking.

Great Lake Walkway : cette randonnée fait plusieurs kilomètres, elle longe le lac. Nous ne l'avons pas faite entièrement. Nous nous sommes garés au niveau de la librairie pour commencer ce chemin. Très agréable, au bord du lac, nous avons été jusqu'à l'autre bout de la plage. Nous y avons vu un ponton à 200m du bord de l'eau avec des petits parcours de golf. Le but : du bord de la plage, réussir à viser un des trois trous. Pour l'un des trous, en un coup, il y a 10 000$NZ à la clé. Nous n'avons fait qu’observer les gens s'y essayer et c'était très drôle. Nous y avons vu beaucoup de canards et cygnes au bord de l'eau. Au bout de la plage, nous voyons des panneaux « caution hot water ». On s'approche, on met les pieds dans le lac, mais c'est froid. On creuse un peu dans le sable, mais c'est toujours froid. Puis, en observant bien, on voit un petit endroit où se dégage de la vapeur. On s'approche et on voit un petit ruisseau se jeter dans le lac. La vapeur provient de ce petit ruisseau. Prudemment, on pose un doigt de pied sur l'eau et wahoo c'est bouillant !! Incroyable !! Comment un petit ruisseau peut-il être aussi chaud ! Impossible de rester plus d'une seconde à toucher l'eau. On voit que les rochers forment une petite piscine naturelle où l'eau de la rivière et l'eau du lac se mélangent. On s'assoit sur un des rochers et on met les pieds dans l'eau. Elle est à bonne température, chaude, mais supportable. On reste un moment à profiter de ce bain de pied naturel très agréable. Il est ensuite temps de faire demi-tour, d'aller au centre-ville pour aller faire quelques boutiques.

Maori Rock Carvings : il s'agit d'une sculpture de pierre, accessible seulement en bateau. Il existe plusieurs offres et formules de croisière pour aller les découvrir. Nous avons été sur le site internet bookme.co.nz qui propose des offres à prix réduits et nous avons trouvé notre bonheur. Sachez qu'il est aussi possible de louer un kayak pour s'y rendre, mais lorsque le lac est agité, cela semble assez galère. Nous sommes partis avec la compagnie Barbary, sur un beau voilier. Nous sommes une douzaine de personnes réparties sur le pont du bateau. Le bateau démarre et le capitaine donne plein d'explications sur son fonctionnement, que nous ne comprenons pas, oui je sais c'est ballot. Le lac est plutôt agité, il y a pas mal de vent. Le bateau tangue, se penche, se penche beaucoup, beaucoup trop, du côté où l'on est en plus, nous retenons les sacs qui semblent vouloir passer par-dessus bord...on dirait que le bateau va chavirer, mais cela n'a pas l'air d'inquiéter le capitaine qui papote, c'est que ça doit être normal ! La première fois c'est vraiment impressionnant mais on s'y fait. Certaines personnes changent tout de même de côté, de peur de tomber. Vers la sculpture, il y a toujours autant de vagues et le capitaine fait de nombreuses manœuvres pour nous permettre de nous approcher au plus près. On nous donne des ponchos chauds et imperméables pour éviter d'être tremper par les vagues. La fameuse sculpture est très belle et impressionnante. Elle est plutôt récente car elle date des années 70/80, réalisée par l'artiste Matahi Whakataka, sur une roche de 10m, représentant Ngatoroirangi, un grand navigateur polynésien. Il y a d'autres sculptures tout autour que nous avons le temps d'observer et de photographier avant que le bateau ne fasse demi-tour. Au retour, le lac est plus calme, la balade est plus tranquille et nous sommes plus détendus pour profiter du paysage. L'excursion aura duré en tout 2h30 et aura coûté 32$NZ par personne soit 19€ (prix réduit).

Craters of the moon : situé à moins de 10 kilomètres de Taupo, il s'agit d'une zone géothermique qu'il est possible d' « explorer » moyennant un droit d'entrée de 8$NZ par personne soit 4€75. Les paysages sont lunaires, d'où son nom. On nous remet un petit plan et nous commençons la marche balisée d'une heure. Très vite nous voyons les premiers fumerolles s'échapper de la terre. Le premier grand cratère dégage beaucoup de vapeur, sa dernière éruption date de 1983. Deux autres cratères ont éclaté en 2002, la plus grosse éruption de la décennie. D'autres cratères sont remplis de boue bouillonnante, d'eau bouillonnante, certains jets de vapeur provoquent des sifflements hors du commun. Parfois la terre prend une teinte orangée, résultat entre la condensation de la vapeur et du gaz. L'ensemble du site est impressionnant car il y a de longs fumerolles de vapeur qui s'échappent d'un peu partout. C'est une promenade intéressante et instructive qui impressionne sur les pouvoirs de mère nature.

Où avons-nous dormi ?

Nous avons dormi au camping «Great Lake Taupo Holiday Park », un peu excentré de la ville. Les espaces communs sont propres, bien aménagés et fonctionnels. Un ordinateur est mis à disposition dans l'espace salon, avec une télé, des bouquins, un canap'. Table de pique-nique sur les emplacements. Nous avons payé 23$NZ/personne soit environ 13€65.

Il y a environ 80 km entre Taupo et Rotorua, la route est belle et faisable en 1h. Rotorua se situe au cœur de l'île du nord et possède des terres volcaniques avec une activité géothermique très intense. Nous plongeons une nouvelle fois dans les merveilles et les mystères des zones géothermiques. Le long de la route, nous voyons des fumerolles de vapeur s'échapper des terres, des forêts, des villages. La culture maori est également mise en valeur car nous voyons de nombreux panneaux publicitaires ventant les visites de villages maori traditionnels.

La ville de Rotorua se situe au bord du lac du même nom. Dans toute la ville flotte une doucereuse et âcre odeur de soufre, pas de doute, nous sommes bien au cœur de la géothermie.

Les villages maori : la culture maorie est très présente dans la région et est très (trop?) exploitée (commercialement?). En effet, pour visiter un village maori, il faut payer. Nous n'avons pas souhaité le faire ayant peur peut-être d'un manque d'authenticité. Cependant, il y a un village qu'il est possible de visiter gratuitement, situé au Nord de Rotorua : Ohinemutu Maori Village. On y découvre de très beaux bâtiments maoris, des statues de bois sculptées, des vapeurs de soufre qui s'échappent de partout : des jardins, des rues, des parcs. C'est agréable de s'y promener. Il ne faut pas s'attendre à y trouver quelconques explications, ce n'est pas un village touristique.

Sulfur Bay : située au bord du lac Rotorua, au bout de Queens Drive, non loin du centre-ville, il s'agit d'une partie du bord du lac, jaunie par les activités géothermiques et le soufre, où l'odeur est très forte et l'eau bouillonnante. Il est possible de continuer la promenade au bord du lac en formant une petite boucle.

Night Market : présent tous les jeudis à partir de 17h, le night market regroupe de nombreux stands de nourriture, de tous les horizons : portugais, chinois, japonais, indien, thaïlandais,... il y a également quelques stands d'artisanat local.

Wai-o-tapu Thermal Wonderland : principal attrait touristique de la région, mondialement connu, Wai-o-tapu est la plus colorée et diversifiée zone volcanique de Nouvelle-Zélande.

On peut y découvrir une petite partie de la zone thermale qui fait en tout 18km². Cette zone, déclarée réserve naturelle, est la plus grande zone d'activité thermale de la région. On y découvre des cratères, des piscines bouillonnantes d'eau ou de boue, de nombreux fumerolles. La zone thermale est traversée par la rivière de Wai-o-tapu, où aucun poisson ne peut y vivre à cause des différents composants chimiques provenant des sources bouillonnantes de la zone.

Après nous être acquittés du droit d'entrée de 32,50$NZ/personne, soit environ 19€23, on nous remet la carte et les explications, avec un feuillets en français !! Merci pour nous ! On va enfin pouvoir (mieux) comprendre ce que l'on voit.

Je ne vais pas vous spoiler tout le site en vous racontant les 25 points d'intérêts que l'on peut voir en suivant les chemins du site, mais je ne peux pas passer à côté de quelques incontournables et coups de cœur.

La Champagne Pool : impossible de passer à côté. C'est celle que l'on voit sur toutes les cartes postales et dépliants du site. Et elle le vaut bien ! Cette source est la plus grande de la zone avec ses 60m de diamètre et 60m de profondeur. On y voit une épaisse vapeur qui s'y échappe. L'eau est bouillonnante, mais ce n'est pas parce qu'elle fait plus de 100°c (elle fait 74°c) mais c'est à cause du dioxyde de carbone. Cette piscine fut formée il y a 900 ans lors d'une éruption hydrothermale. Sa couleur particulière est dûe aux nombreux minéraux qui la compose : or, argent, mercure, soufre, arsenic, thallium, etc. Elle est magnifique, impossible de rester insensible devant tant de beauté.

La palette de l'artiste : cette piscine est juste à côté de la Champagne Pool. Elle a de nombreuses couleurs, différentes variétés de teintes qui dépendent du niveau de l'eau, de la direction du vent, du trop-plein de la Champagne Pool.

Le coup de cœur d'Antoine : les terrasses violettes : ces terrasses de silice sont les plus larges de Nouvelle-Zélande. La silice provient de l'évaporation du silicate de chaux de la Champagne Pool et forme ainsi la terrasse.

Le coup de cœur d'Aurèle : le bain du diable : grand cratère qui contient une eau naturelle d'une couleur très particulière. Plus l'eau est verte, plus il y a d'arsenic. Ca vous donne envie de vous y baigner ?

En tout nous avons passé plus d'1h30 dans le parc et nous avons beaucoup apprécié cette visite haute en couleur.

Mud Pool : à 3km de Wai-o-tapu, se trouve la Mud Pool = la piscine de boue. Vous la trouverez facilement car elle est indiquée sur la route. C'est une grande zone, protégée par des barrières, de boue bouillonnante. Rigolo à observer et à écouter, c'est assez hypnotisant. La nature est vraiment étonnante.

Le complexe Skyline Rotorua : grâce à bookme.co.nz, nous nous sommes octroyés une pause loisir. Rien à voir avec la culture du pays, rien à voir avec la découverte de son patrimoine, ni même sa faune ou sa flore. Nous avons opté pour une offre comprenant 3 activités : La Gondola, sorte de téléphérique pour nous emmener sur les hauteurs du complexe. Nous survolons les pistes du site, les paysages, les bois. Au sommet nous avons une jolie vue. Il y a des boutiques de souvenirs, un restaurant et le point de départ de différentes activités : luge, VTT de descente, zipline, etc. La luge, avec 4 roues et un guidon. Il existe 3 circuits : le débutant, l'intermédiaire et le difficile. Nous avons le droit à 4 tours, nous nous armons de casques et c'est parti. Au 1er tour, nous devons prendre le parcours débutant et nous avons le droit aux explications : ne pas sortir les pieds de la luge, toujours tenir le guidon, le tirer vers soi pour freiner, le maintenir au milieu pour avancer. Ok c'est simple. Dès la première piste les sensations sont là, ça va vite, il y a beaucoup de virages, la piste est longue. Plus la difficulté de la piste augmente, plus le parcours va vite et les virages sont difficiles. A la piste difficile, on décolle même tellement on va vite. Une fois arrivés en bas, nous remontons via un télésiège. La zipline : sorte de tyrolienne qui traverse la forêt. On s'équipe de baudrier, on grimpe sur la plate forme, on nous harnache. Nous sommes l'un à côté de l'autre et nous nous élançons en même temps : 100m à 85km/h, on traverse la forêt et c'est très chouette. Le freinage est brutal. En 3 sec nous passons de 85km/h à zéro ! Pour redescendre de la plateforme nous avons le choix : soit redescendre pas des escaliers, soit faire un saut dans le vide. On choisit la 2ème option. Il faut aller au bout du plongeoir, dos au vide, et se laisser tomber en arrière. Sensations garanties ! Nous avons passé une après-midi agréable qui change un peu des randos. Nous sommes restés 3h sur le site et on s'est bien marrés.

La Rainbow Mountain : chemin de randonnée aller-retour au cœur de la forêt pour monter au sommet de la Rainbow Mountain. Lieu privilégié également pour les VTT de montagne, il faut partager le chemin à l'aller, mais le chemin retour n'est que pour les piétons. Le chemin est très escarpé, parfois difficile, parfois plat. Avec l'importante activité géothermique de la région les terres se colorent, le chemin que l'on emprunte est teinté de blanc, d'orange, de rouge, d'où le nom de Rainbow Mountain. Nous atteignons le sommet après 50 minutes d'ascension et nous profitons d'une magnifique vue à 360° sans aucun nuage (pour une fois!). Nous redescendons en profitant des différents points de vue que nous n'avions pas faits à l'aller. L'un des points de vue donne sur une montagne rouge entourée de fumerolles, magnifique. Un autre point de vue donne sur le Crater Lake, lac à l'eau très verte où il est évidemment interdit de se baigner.

Kerosene Creek : source d'eau chaude située non loin de la Rainbow Mountain, parfait pour se détendre après 2h de marche. Il est entre midi et deux, il n'y a pas encore trop de monde. Nous enfilons nos maillots de bain et nous prenons le petit sentier dans la forêt. Tout comme son nom Kerosene Creek, la couleur de l'eau ne vend pas du rêve, elle est marron. Les rochers forment une piscine naturelle alimentée par une cascade. Des gamins sautent de la petite cascade tandis que d'autres personnes profitent de la piscine. Nous entrons dans la partie piscine, et l'eau est réellement chaude ! C'est très agréable de s'y baigner !

Où avons-nous dormi ?

Nous avons dormi Willowhaven Holiday Park à Ngongotaha, village situé à 6km de Rotorua. Nous avions les pieds dans le lac, le décor était somptueux ainsi que la lumière couchante du soleil. Les espaces communs sont basiques, propres et fonctionnels. Nous avons payé 15$NZ/pers soit environ 8€90.

Nous y avons partagé de bons moments d'échange avec Thierry et Laurence, couple français en vadrouille depuis deux ans et demi. Très belle rencontre. Pour découvrir leur aventure, c'est ici.

De Rotorua à Matamata, il y a environ 72 km. Village qui doit sa renommée grâce au film Le Seigneur des Anneaux et plus précisément grâce à Hobbiton, décor le mieux conservé de tous les sites de tournage qui abrite le village Hobbit du film.

Hobbiton La Comté, lieu de tournage des trilogies Le Seigneur des Anneaux et du Hobbit, se trouve sur une ferme d'élevage de 500 hectares consacrés à l'élevage bovin et ovin. Ce lieu a été repéré par Peter Jackson, metteur en scène, et son équipe lors d'un vol de reconnaissance à la recherche des lieux de tournage. La construction du site a commencé en 1999 et a mobilisé l'armée pour la réalisation des terrassements. Puis 39 trous de hobbits y furent construits, en bois brut, en contreplaqué et en polystyrène.

Nous avons réservé nos places par internet quelques jours auparavant et déjà beaucoup d'horaires de visite étaient complets. Il existe différentes formules, mais nous nous n'avons pas eu le choix car les autres choix (incluant par exemple un buffet) étaient complets sur plusieurs jours. La visite est obligatoirement guidée. Il y a un départ environ toutes les 10 minutes avec des groupes qui complètent un car. Nous avons eu de la chance, notre groupe n'était pas complet, être un petit groupe est plus agréable. Nous prenons place dans la file d'attente correspondant à notre horaire de visite : 9h05. Nous montons dans le car à moitié plein (ou à moitié vide, c'est vous qui voyez), le chauffeur nous passe une petite vidéo et nous présente notre guide. Il y a 10 minutes de route pour nous emmener sur le site. Une fois arrivés, nous n'avons pas le droit de sortir des chemins, pas le droit de s'éparpiller, nous devons rester groupés et suivre la guide. Elle parle anglais, mais on nous a remis un fascicule très détaillé en français, cool. Il y a beaucoup de monde sur le site et nous entendons les guides des autres groupes raconter l'histoire des lieux mais l'avancée des groupes est bien rodée et jamais ça ne se bouscule. Avec la guide nous arpentons la fameuse vallée où l'on peut voir les maisons des Hobbits, mais que nous ne pouvons pas visiter. Il y a énormément de détails, Peter Jackson était un metteur en scène très pointilleux et perfectionniste et cela se ressent dans les décors. Ils sont grandioses et c'est ce que fait toute la beauté de la Comté et le succès des films. Nous sommes passés par « la clairière » où arrivent Gandalf et Frodon au début du Seigneur des Anneaux, nous avons vu « Cul-de-sac » où habitent Bilbon et Frodon, c'est le plus grand trou des hobbits. L'arbre au-dessus de leur maison est le seul arbre artificiel, il est fait d'acier et de silicone. Nous avons traversé le « terrain de fête » où Merry et Pippin allument un feu d'artifice en cachette sous une tente. La visite est vraiment amusante et très intéressante, nous faisons le plein de photos et ça nous donne envie de revoir les films. En fin de visite, nous arrivons à la taverne du Dragon Vert dont l'intérieur est conforme aux films. Nous avons le droit à une boisson offerte, bière pour Antoine, cidre pour moi. Puis il est déjà l'heure de quitter cet univers mythique, fleuri, agréable, et nous remontons dans le car après 2h de visite. Nous passons rapidement par la boutique qui est blindée de monde.

Où avons-nous dormi ?

Nous avons dormi au Opal Hot Springs & Holiday Park. Propreté moyenne des espaces communs, un peu vieillot mais espace agréable pour la voiture avec table de pique-nique. Le camping dispose de piscines thermales chaudes extérieures, gratuites pour les campeurs. Les piscines ne vendent pas du rêve mais elles ont le mérite d'exister. Il y a 3 bassins, un grand bassin à 28°c, un plus petit à 37°c et un autre à 39°c. Toujours agréable après une bonne journée de marche. Le camping est un peu excentré du centre-ville de Matamata et à 30 minutes de Hobbiton. Nous avons payé 18,50$NZ/pers, soit environ 11€.

Il nous restait quelques jours avant de retourner à Auckland. Nous avons choisi Raglan comme destination, un peu au hasard. Il y a environ 115 km entre Matamata et Raglan, en 1h50 de route. Raglan est une petite ville côtière de 2700 habitants. Elle est très prisée des surfeurs.

Observer les surfeurs Armés de notre panier « apéro », nous nous sommes posés sur la plage de sable noir pour observer les surfeurs prendre la vague. Il y a de nombreuses agences qui proposent des initiations au surf et autres sports d'eau.

Déguster un bon fish&chips Décrit comme le meilleur des fish&chips (de la ville ? de la région ? voire même du pays?), nous sommes allés au Raglan Fish qui se trouve tout au bout du quai (un peu caché) sur Wallis Street. Les prix sont raisonnables, il est possible d'y choisir le type de poisson, des jus de fruits sont frais et les portions très généreuses. Nous nous sommes régalés.

La cascade Bridal Veil Elle se situe à quelques kilomètres de la ville de Raglan. Il faut emprunter une route de campagne sinueuse mais néanmoins très agréable. A partir du parking, il y a 10 minutes de balade en forêt pour rejoindre le site. Nous arrivons à un premier point de vue, pour voir la cascade du dessus. Vue du haut, elle est déjà impressionnante, nous avons hâte de descendre. Pour cela il faut emprunter un autre chemin dans la forêt et descendre 261 marches. Il y a une plateforme à mi-chemin avec une jolie vue de côté. Nous continuons de descendre jusqu'à un petit pont permettant d'admirer la cascade de face, à ses pieds. Elle est vraiment très belle. Elle fait 55 mètres de hauteur et le bassin en bas fait 5 mètres de profondeur. Il est interdit de s'y baigner.

Où avons-nous dormi ?

Nous avons dormi au Raglan Kopua Holiday Park, grand camping, près de la plage. Emplacement correct. Espaces communs propres et spacieux. Nous avons payé 22$NZ/personne soit environ 13€.

Et voilà, il est temps de rentrer à Auckland, le vol étant dans quelques jours. Les campings à proximité d'Auckland sont très chers et n'ont pas forcément très bonne réputation.

Pour la 1ère nuit, nous avons été au Auckland North Shore Motels & Holiday Park (deuxième choix car le premier était complet). Il se trouve au Nord d’Auckland, il est excentré. Les emplacements sont tous petits. Les sanitaires sont assez propres et fonctionnels. La douche est payante (1$NZ pour 9 minutes). Il y a une (toute petite) piscine que nous n'avons pas testé. Espace salon laissé à l'abandon. Nous avons payé 20$NZ/pers, soit environ 11€90.

Pour la 2ème nuit, nous avons dormi au Remuera Motor Lodge & Inner City Camping Ground. Les emplacements sont très petits. La propreté des sanitaires laisse à désirer. Douches sans porte (rideau). Espace salon plutôt bien. Cuisine OK. Nous avons payé (beaucoup trop cher pour ce que c'était) 24$NZ/personne soit environ 14€25.

Nous avons profité de notre retour sur Auckland pour découvrir le Mont Victoria et le Mont Eden. Nous avons ajouté ces deux monts dans l'article précédent, ici.

Bilan

  • Nous avons passé 37 jours en Nouvelle-Zélande, dont 31 jours et 29 nuits avec Bruce, notre voiture aménagée.
  • Nous avons dormi dans 21 campings différents. La moyenne de nos campings s’élève à 16,68$NZ par personne et par nuit, soit environ 9€90
  • Nous avons dormi dans 2 auberges de jeunesse, avec un coût moyen de 28,25$NZ/pers et par nuit, soit environ 16€75
  • Le coût moyen d’une machine à laver est de 4$nz (2€37), le coût moyen d’un sèche-linge est le même.
  • Nous avons parcouru 4 203 km avec Bruce, mis 827,34$NZ d’essence (490€), soit en moyenne 92$NZ (54,57€) par plein.
  • Nous avons effectué 14 visites de site pour un coût moyen de 45,45$NZ par personne soit environ 27€

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.