Nos conseils pour un bon road trip en Nouvelle-Zélande

La Nouvelle-Zélande est un pays où nous avons adopté un nouveau mode de transport très très mais alors très répandu : le campervan. Le principe est assez simple, un véhicule permettant d’y aménager un lit à l’intérieur, cela va du camping-car au van aménagé style combi VW. La Nouvelle-Zélande a permis de développer ce type de tourisme par le biais de sa grande offre de campings privés ou gérés par le DOC, « le Department Of Conservation, c’est l’agence gouvernementale qui veille à la protection de la nature, il gère plusieurs centaines de terrains de campings  à travers le pays. Il n’est donc pas surprenant d’avoir une quantité importante d’agences proposant des services de location pour tous types de véhicules avec différentes options.

Nous avons passé de nombreuses heures à chercher sur internet des conseils, des retours d’expérience, à comparer les différentes agences, alors maintenant nous sommes prêts à vous partager nos connaissances et à vous fournir les infos importantes de façon claire et précise.

L’essentiel à savoir avant de louer un véhicule en Nouvelle-Zélande :

Avant même d’envisager de louer un véhicule en Nouvelle-Zélande vous devez vous assurer d’être en possession du permis de conduire international. Sans ce document il vous sera impossible de louer un véhicule ici. Il faut anticiper et faire la démarche dans votre pays de résidence, généralement réalisée en deux à trois semaines. Lors de la location, vous aurez besoin de ce permis international ET de votre permis français.

La Nouvelle-Zélande a des règles strictes sur l’utilisation des Campervans ou véhicules aménagés. La règle fondamentale à connaître est que le DOC classe les véhicules dans deux catégories :

Les selfs-contained : ce sont des véhicules facilement identifiables avec leurs étiquettes bleues et le logo blanc d’un camping-car. Ils disposent de toilettes, d’un évier, d’une réserve d’eau fraîche, d’une réserve d’eau usée et d’un tuyau d’évacuation. Tout cet équipement permet d’être autonome au niveau hygiène. Si vous optez pour ce type de véhicule, vous êtes donc autorisés à vous garer et à passer la nuit dans des zones de camping autorisées (Freedom Camping) et de profiter d’une offre de campings gratuits plus importante.

Les no self-contained : ce sont des véhicules ne disposant pas de tout cet équipement, ce qui engendre de devoir passer la nuit dans des campings disposant d’au minimum d’un point d’eau (attention elle n’est pas forcément potable, il faudra donc la faire bouillir avant de la boire) et de toilettes. À savoir que les véhicules non autonomes disposent d’une offre plus réduite de campings gratuits.

Les questions à se poser pour louer son véhicule :

Une fois cette règle importante assimilée, il est maintenant temps de choisir le véhicule dont vous aurez besoin.
Avant de louer notre voiture aménagée nous avons posé plusieurs questions à Roxane de l’agence Frog NZ pour être sûr de faire le bon choix. En voici la liste :

  •  Est-il préférable d’avoir un véhicule self-contained ?

Il y a les « pour » et les « contre ». Suite à notre expérience nous pouvons vous donner les points positifs et négatifs des véhicules non-autonomes et ainsi vous aurez des éléments concrets pour vous décider.

  • Points positifs
    1. Véhicule de taille moyenne comparable à un monospace donc assez maniable
    2. Puissant, ce qui permet de doubler facilement et de ne pas galérer dans les fortes pentes
    3. Tarif le plus bas pour la traversée en ferry (hauteur inférieure ou égale à 1,80 m)
    4. Autorisé à se garer en ville dans tous les types de parkings
  • Points négatifs
    1. Pas de prise pour recharger les appareils électriques (prise USB seulement)
    2. Pas accès à tous les campings
    3. En cas de mauvais temps peu d’espace pour faire la cuisine
    4. Devoir aller faire pipi dehors en pleine nuit
  •  Le véhicule est-il récent et quelle est sa consommation d’essence ?

Nous avons eu un véhicule assez récent et avec une consommation de 10 L / 100 km

  • Que comprend votre assurance : deuxième conducteur ? Franchise ? Quel est son coût? L’assurance est-elle valable sur tous types de route ?

Pour plus de simplicité nous avons souscris à l’assurance complète proposée par Frogs NZ lors de la location de notre véhicule. L’assurance nous couvre en cas d’accident, de blessure et inclue la responsabilité civile. Le petit plus est que l’assurance annule la franchise de 3000 NZ$ et nous sommes autorisés à circuler sur tous les types de routes présentes en Nouvelle-Zélande.

  • Est-ce une facturation par kilomètre journalier ou avec kilomètre illimité ?

Nous ne sommes pas limités en nombre de kilomètres.

  • Doit-on verser une caution ? Si oui est-elle prélevée ou gelée? (cette dernière question permet de savoir si cela a un impact sur notre compte en banque).

Aucune caution nous a été demandée lors de la location du véhicule.

  • Est-il possible de rendre le van dans une ville différente que celle de départ ?

Oui et c’est même le plus intéressant. En discutant avec Roxane de l’agence Frogs NZ, nous avons même appris que de louer au départ de Christchurch était plus intéressant financièrement parlant qu’avec un départ d’Auckland.

  •  Combien de temps dure la batterie auxiliaire ? En combien de temps se charge t-elle ?

En utilisation normale la batterie auxiliaire dure deux jours et se recharge en une heure de route. Concrètement cela vous laisse une bonne autonomie. Une fois seulement nous nous sommes retrouvés avec la batterie vide mais en roulant vraiment peu cela a suffit pour la recharger et ainsi continuer d’alimenter le frigo, l’élément le plus important.

  • Quels sont les équipements fournis avec le véhicule (dans notre cas véhicule spaceships) ?

Voici la liste détaillée de ce qui est inclus dans le véhicule au moment de la location :

Côté cuisine
4 assiettes, 4 tasses, 4 bols, 4 verres, 4 couteaux, 4 fourchettes, 4 cuillères à café, 4 cuillères à soupe,  1 pince de cuisine, 1 spatule, 1 couteau de cuisine, 1 casserole + couvercle, 1 bouilloire,  1 poêle, 1 économe, 1 éponge, 1 ouvre-boite, 1 planche à découper

2 plaques de cuisson + 2 bouteilles de gaz
2 torchons, 1 brosse à laver la vaisselle, du produit vaisselle

Côté lit
1 couette, un drap protège matelas, un drap de lit, deux oreillers avec deux taies

Côté Extérieur
1 auvent latéral et 1 extension arrière, 1 table de camping et deux chaises (en supplément)

 

Du devis à la location :

Nous sommes donc passés  par l’agence Frogs NZ, agence française basée à Auckland. Premier point positif : nous avons toujours eu la même personne depuis le premier contact jusqu’à la restitution du van, ce qui est vraiment agréable. Avant même de parler devis, nous avons pu échanger avec Roxane de l’agence Frogs NZ (par Skype) qui a répondu à toutes nos interrogations (voir plus haut) et nous a donné de bons conseils. Nous nous y sommes pris à la dernière minute (en novembre pour fin janvier qui est la haute saison) donc le choix est plutôt restreint. Roxane nous propose une voiture aménagée type monospace équipée d’un frigo et avec tout le nécessaire pour la cuisine ainsi que les draps pour faire notre lit. Pour notre première expérience cela sera parfait. Nous donnons notre accord à Roxane et passons ensuite au paiement par virement pour officialiser notre location, 30% du montant total est demandé pour valider la location et le solde doit être payé un mois avant le début de la location. Une fois le solde réglé, Roxane nous fait parvenir nos vouchers (bon de retrait), nous explique où nous devons récupérer la voiture et nous envoie en même temps un guide sur des randonnées en Nouvelle-Zélande ainsi que leur application smartphone.

À la date prévue nous nous rendons à l’agence SpaceShips (le prestataire de Frogs NZ) pour récupérer notre véhicule. Avant de partir explorer la Nouvelle-Zélande, on nous fait un petit topo sur le véhicule ainsi que les choses importantes à savoir pour bien conduire en Nouvelle-Zélande (je développe ce point dans la dernière partie de l’article).

Présentation de notre voiture : Bruce

La voiture est nommée Bruce, non pas par nous mais par SpaceShips, qui donne un nom à tous ses véhicules. Cela est sympa et est vraiment moins vulgaire que certaines peintures décorant des vans d’autres compagnies.

Bruce est une voiture automatique avec un levier de vitesse à l’américaine, c’est à dire à hauteur du volant. On l’actionne seulement avec le pied sur le frein. Le levier comporte des lettres et un numéro qui correspondent respectivement à :

P = Park, le stationnement
R = Reverse, la marche arrière
N = Neutral, le point mort
D = Drive, position de conduite en marche avant avec toutes les vitesses possibles
2 ou S = Second, seulement les 2 premières vitesses sont utilisées (maintien d’une vitesse à faible allure, utilisation en cas de neige, verglas, pente raide à descendre)
1 ou L = Low, utilisé seulement la première vitesse (maintien d’une vitesse à très faible allure, utilisation en cas de verglas, pente raide à monter).

La conduite de ce type de véhicule n’est pas très compliquée, après quelques heures de conduite, nous prenons vite nos marques. Un détail qui a son importance ici la conduite se fait à gauche, ce qui veut dire que toutes les commandes sont inversées, les clignotants sont à droite alors que les essuie-glaces sont à gauche. Au début, il a fallu faire un effort de concentration pour ne pas se tromper entre les deux manettes, effort qu’il a fallu entretenir sur tout le mois car les vieilles habitudes sont bien ancrées dans notre tête.

Bruce dispose de 2 coffres de rangement situés sous la banquette, l’un accessible par l’extérieur du véhicule (par le coffre) et l’autre depuis l’intérieur. La première nous sert de réserve et de stockage pour nos sacs à dos (ils n’ont pas bougés pendant un mois !). La seconde est dédiée à la cuisine, nous y avons donc installé nos tables de cuisson portable, nos aliments et c’est dans celle-ci que se trouve notre frigo qui fonctionne sur batterie.

Nous avons deux batteries, l’une qui sert pour le fonctionnement général de la voiture (phares, démarrage, auto radio,…) et une autre secondaire qui alimente le frigo, les lumières, les deux ports USB et elle se recharge lorsque nous roulons.

Pour ce qui est de la cuisine, nous utilisons les plaques de cuisson qui fonctionnent au gaz. L’utilisation est très simple est permet de cuisiner lorsque le camping n’est pas pourvu d’installation. Nous avons avec nous suffisamment de vaisselle et d’ustensiles de cuisine pour réaliser les meilleurs plats de camping. Nous avons aussi le nécessaire pour laver notre vaisselle, c’est t’y pas formidable tout ça ?

Pour finir cette présentation, nous avons réalisé une petite vidéo vous permettant de mieux visualiser ces explications. (en cours de réalisation).

Le fonctionnement des campings :

La Nouvelle-Zélande possède de très nombreux campings qui sont tenus par le DOC ou sinon il s’agit de campings privés. Le principe est à peu près le même sur les deux types de camping. Comme précisé dans la partie « l’essentiel avant de louer un véhicule », les campings n’accueillent pas tous les types de véhicules. Une partie accepte seulement les véhicules dit self-contained. Faites bien attention lors de votre choix de camping car les agents du DOC sont très vigilants sur ce point et les amendes sont élevées pour ce type d’infraction.

Sur certains campings du DOC, vous devez vous-même vous enregistrer. Il y a un grand panneau indiquant le tarif et les règles du site. Généralement c’est ici que vous trouverez les fiches dans des pochettes plastiques qu’il faudra remplir. Vous inscrivez votre nom, votre pays de résidence, le nombre de personne, le nombre de nuit, la date d’arrivée et celle de départ, le coût total, ainsi que votre plaque d’immatriculation. Vous gardez une partie de la fiche (que vous placerez en évidence sur votre pare-brise) l’autre moitié vous la glissez dans la pochette plastique avec le montant exact que vous devez payer pour passer la nuit et vous déposerez l’ensemble dans un tuyau, original comme principe n’est-ce-pas ? Un dernier conseil pour le paiement du camping, ayez toujours sur vous de la monnaie pour faire l’appoint car vous ne trouverez pas toujours une personne du DOC pour vous rendre la monnaie.

Pour les campings gratuits, c’est plus simple, vous n’avez rien à faire. Il suffit juste de ne pas arriver trop tard pour être sûr d’avoir une place car les places peuvent être limitées à une petite quantité de véhicule par nuit. Dans les Sounds par exemple, l’un des campings avait une capacité de 5 véhicules par nuit.

Que ce soit pour les campings du DOC ou les campings gratuits, il n’y a pas d’emplacement réservé. Donc si vous devez rester deux nuits ou plus, assurez-vous de revenir bonne heure ou de laisser votre table ou chaises de camping pour indiquer que la place est gardée.

Pour les autres types de camping, l’enregistrement est plus simple. Il vous suffit de vous présenter à l’office et de demander un emplacement pour le nombre de nuits désiré. On vous demandera les mêmes renseignements : nom, nombre de personne et le nombre de nuits. Une fois le paiement effectué, la personne vous indiquera sur un plan où se situe votre emplacement puis ensuite vous donnera un petit coupon pour mettre sur votre pare-brise (pas systématique dans tous les campings) et enfin pourra vous donner des renseignements complémentaires (où se trouve la cuisine, les toilettes, les barbecues, …). Vous pourrez ensuite vaquer à vos occupations sans risque de perdre votre place.

Les Néo-zélandais sont très soucieux de leur environnement et dans tous les campings ainsi que dans les « freedom camping » la gestion des déchets est bien organisée. L’endroit où se situe les poubelles est très visible avec de nombreuses poubelles ménagères et de tri (principalement papier, plastique et le verre avec parfois la distinction de la couleur du verre, ça c’est la grande classe). Si vous ne trouvez pas de poubelle à l’endroit où vous souhaitez passer la nuit ce n’est pas une erreur mais plutôt une remarque pour vous dire de repartir avec vos déchets. En règle générale il est toujours demandé de laisser l’espace propre.

L’application CamperMate :

C’est une application indispensable pour toutes personnes voyageant en Nouvelle Zélande (et aussi en Australie). Cette application, gratuite et accessible hors ligne, est un vrai office du tourisme collaboratif à lui tout seul. Chaque personne peut ajouter sur la carte un nouveau lieu qui correspond par exemple à une activité à faire, un point de vue sur une montagne ou dans une optique pratique de localiser l’ensemble des campings autonomes et non autonomes. Au total l’application CamperMate recense 21 catégories avec en plus la possibilité pour chacune de commenter son expérience. Par exemple il est possible d’évaluer les installations d’un camping, de commenter la propreté des toilettes publiques ou bien la qualité de la connexion wifi.
Le petit truc en plus est que l’application permet de se géo-localiser même hors connexion, ce qui est vraiment agréable lorsque l’on circule sur les routes néo-zélandaises.
En conclusion c’est une application très très pratique que nous vous conseillons de télécharger avant votre voyage pour être sûr de ne pas passer à côté d’un bon plan au bord de la route.

Les routes, la signalisation et la conduite en Nouvelle-Zélande :

Après toutes ces étapes il temps de prendre la route mais avec prudence évidemment. L’une des premières et grosses différences avec la France est que la conduite se fait à gauche. Autant dire qu’il faut à nouveau un petit temps d’adaptation avant d’être à l’aise dans la plupart des situations.

Il faut savoir aussi que la Nouvelle-Zélande compte trois portions d’autoroute et que le reste du réseau routier est comparable à nos routes nationales et départementales. Sur ce type de route, la vitesse est limitée à 100 km/h et à 70 km/h en zone urbaine (sauf indication contraire). Pour plus de sécurité la Nouvelle-Zélande a installé des panneaux à l’approche des virages indiquant la vitesse limite pour prendre le virage en toute confiance. Ces panneaux sont très appréciables surtout dans les routes montagneuses où les virages sont parfois très sinueux.

Un autre point dont il faut tenir compte en Nouvelle-Zélande est le temps de trajet. Le pays n’est pas plat et il n’est pas rare de sous-estimer le temps nécessaire pour effectuer un trajet. Les distances sur papier peuvent sembler courtes mais les routes néo-zélandaises sont plus étroites, sinueuses et empruntent des cols de montagne ce qui augmente considérablement les temps de trajet.

Pour rejoindre une ville, il vous faudra emprunter la seule route existante, avec comme inconvénient de vous retrouver dans une longue file de voiture, ce qui occasionnera une augmentation de votre temps de trajet. Cependant il ne faut pas oublier qu’il existe une règle et qu’elle est souvent rappelée par des grands panneaux en bord de route : concrètement, si vous avez une file de véhicules qui se forme derrière vous, vous devez vous ranger sur le bas-côté dès que possible afin de faciliter le dépassement. Ne vous étonnez donc pas lorsque quelqu’un ralentira et se rangera sur le coté et repartira une fois que vous l’aurez dépassé. Si vous ne respectez pas cette règle de conduite, vous pouvez être verbalisé.

Pour plus d’infos voici le site vous donnant l’état des routes en temps réel ainsi que le site pour la météo 

Une autre chose dont nous n’avons pas l’habitude en France ce sont les passages de ponts à une seule voie, ils sont très fréquents en Nouvelle-Zélande et pas seulement en montagne. A l’approche de ce type de pont, il y aura toujours un panneau vous signalant le pont à une seule voie complété par une inscription sur le sol peu avant le pont. Un panneau situé à gauche devant le pont indiquera qui à la priorité grâce à deux petites flèches.

Autres exemples de panneaux de signalisation :

De nombreux animaux sauvages ou domestiques sont susceptibles de se trouver sur la route que ce soit de jour ou de nuit (notamment les Kiwis et les pingouins). Là aussi de nombreux panneaux vous indiquerons les zones de passages d’animaux plus fréquents. Soyez vigilants principalement dans les zones rurales où vous aurez plus de possibilités de les rencontrer. Ne klaxonnez pas et ralentissez pour éviter de les effrayer.

Après toutes ces explications il est grand temps de prendre le volant avec prudence et de découvrir, parcourir la Nouvelle-Zélande avec votre véhicule. Bonne route

2 réflexions au sujet de « Nos conseils pour un bon road trip en Nouvelle-Zélande »

  1. Merci beaucoup pour cet article, vraiment intéressant !
    suite au voyage, vous conseillez de partir avec quel type de véhicule (self contained ou pas) ? avez-vous parfois été frustrés de ne pas avoir un self contained pour pouvoir vous rendre dans certains campings ou avez-vous toujours trouvé des campings sympas (gratuits ou non) ?
    aussi, avez-vous réservé à l’avance certains campings ?
    enfin petite question pratique sur le van, est-ce bien utile selon vous d’avoir un frigo ? car le spaceship de base ne propose qu’une glacière et je me demandais si cela ne pouvait pas être suffisant…
    un grand merci pour vos conseils 🙂

    1. Bonjour Matthieu, nous sommes contents si cet article a pu t’être utile 🙂 ça nous fait plaisir de le savoir.
      Nous n’étions donc pas self-contained mais nous avons toujours trouvé des campings très bien et sympas, il y a beaucoup de choix en Nouvelle-Zelande et l’appli Campermate nous a été d’une grande aide. Nous avons toujours trouvé notre bonheur, mais par contre, c’est vrai que pour les self-contained il y avait beaucoup plus de choix en terme de campings gratuits. C’est peut-être là notre seule petite frustration.
      Nous n’avons jamais eu besoin de réserver. Par contre pour les campings gratuits il faut arriver tôt pour avoir une place. De plus, il y a souvent plusieurs campings à proximité, donc si l’un était complet, nous allions à un autre, mais ce n’est pas arrivé souvent. Et je pense que nous n’étions qu’au début de la saison touristique, je ne sais pas comment c’est en pleine saison.
      Selon nous le frigo est un indispensable car très pratique. Nous faisions plusieurs repas d’avance pour manger rapidement les midis. Actuellement nous sommes en train de tester la glacière pour notre road-trip americain, et c’est vraiment galère : trouver de la glace, recharger, la glacière est toujours trempée, ca prend pas mal de place… sur le long terme il vaut mieux un frigo.
      Voilà en espérant avoir répondu à toutes tes questions. Bonne route à toi !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.