Coucher de soleil sur la Loire

Turquant et ses environs à vélo

La veille, nous avons repéré un panneau informatif représentant différentes randonnées à faire aux alentours, en vélo ou à cheval. Bien sûr nous choisissons l’option vélo ! Cette boucle a l’air vraiment sympa. En effet, elle passe par des lieux emblématiques de la région tels que Montsoreau, Fontevraud, avec des panoramas et une diversité de paysages et des routes pleines de promesses.

Le panneau indique que la boucle fait 2 h 30, et qu’il faut suivre les marques marrons…qu’à cela ne tienne, hop c’est parti !

La première partie de la boucle suit les bords de la Loire, il fait beau, il fait chaud, c’est plat, c’est magnifique, on se sent bien. Nous passons par Montsoreau « plus beau village de France », cela vaut le coup d’œil. Le tracé nous fait passer dans des petites rues du village, c’est très joli, ça commence à grimper. Nous traversons ensuite Candé-Saint-Martin, un autre « plus beau village de France ».

La prochaine étape est un point de vue sur la Confluence de la Loire et de la Vienne… qui dit panorama, dit ça va grimper ! En effet, il faut le mériter ce point de vue, mais je peux compter sur le soutien indéfectible d’Antoine. Ses encouragements me permettent de tenir et je ne regrette pas, le point de vue est vraiment magnifique. Nous prenons le temps de faire des pauses photo (et de me reposer pour ma part) pour rebrousser chemin et redescendre pour retrouver notre tracé. Là c’est tout de suite beaucoup plus facile.

Nous quittons les bords de Loire, pour nous enfoncer à travers champs : des champs de blé, de tournesols, de coquelicots, de légumes divers et variés, c’est sympa, nous nous sentons l’âme de farmers.

Puis les choses se compliquent, une partie de forêt nous attend. Non pas que nous n’aimons pas la forêt, mais le chemin est très escarpé voire parfois impraticable. C’est boueux, c’est plein d’herbes, c’est très difficile de pédaler dans ces conditions. Et pas question de faiblir car au moindre ralentissement nous sommes attaqués par des hordes de moustiques, aïe aïe aïe !

Enfin, nous finissons par retrouver la route et nous apercevons de loin l’abbaye de Fontevraud. Nous faisons une pause déjeuner bien méritée sur la place du village, tout près de l’Abbaye.

Puis nous abandonnons nos vélos quelques heures afin de prendre le temps de visiter l’Abbaye. C’est grand, très grand, il y a beaucoup de choses à voir et à découvrir. Nous passons un bon moment, entre l’exposition de Lego où l’on peut construire nos propres bâtiments, la chambre de la princesse au petit pois avec ses nombreux matelas, la piste en bois de petites voitures à pédale, les magnifiques jardins et potagers, le fumoir face aux cuisines romanes, les architectures de papier, la crypte des effraies. Cette dernière est une exposition de Julien SALAUD (même artiste que « Mes tripes sont des poissons d’argent ». Ses créations sont faites de clous et fils de coton blancs, illuminées par quelques lumières, dans l’obscurité et voûtes de la crypte. C’est superbe.

Le temps passe vite, il est temps de penser au retour. Nous poursuivons notre boucle, et finissons par perdre de vue les tracés marrons, flûte ! Nous tombons sur la départementale direction Turquant, mais bon cela nous enquiquine un peu de prendre la départementale où la circulation de voitures est assez dense et où aucune piste cyclable n’est aménagée. Nous rencontrons un groupe de vélistes à qui nous demandons notre route. Ils nous indiquent qu’ils arrivent justement de Turquant et qu’ils sont passés par des champs. J’aperçois la route de loin, très grimpante. Antoine essaie de leur faire dire que ce n’est pas difficile, mais c’est peine perdue, j’ai déjà flairé le truc. En effet, pour grimper, ça grimpe ! Et longtemps ! Je craque et je finis à pied, bouh.

Une fois la côte montée, nous traversons les routes de campagne et les routes vallonnées, c’est agréable.

Nous rentrons sur Turquant en retrouvant les bords de Loire. Le soleil se couche, c’est magnifique…malheureusement, nous ne pouvons rester à observer le coucher du soleil, car les moustiques sont au taquet et se jettent sur nous. Nous repartons et rentrons à la maison d’hôtes.

Pour le dernier jour, nous retournons sur Saumur. Nous avons du temps devant nous avant de prendre le train, nous décidons de faire quelques géo-caches sur la route et nous en faisons également sur Saumur ce qui nous permet de nous promener dans les rues et de découvrir de jolis endroits.

Il fait beau et il fait très chaud. La chaleur se fait vite écrasante. Nous décidons de prendre le train plus tôt que prévu. A défaut d’avoir un endroit pour boire un verre et faire passer le temps, nous attendons à la gare où nous retrouvons un couple de vélistes qui était avec nous au petit-déjeuner à la maison d’hôtes de Turquant. Nous discutons de nos périples respectifs à vélo et cela fait passer le temps rapidement.

C’est pour tout ces moments de convivialité que nous aimons ce mode de transport.

Nous rentrons sur Angers et laissons les vélos au repos (et nos jambes)…mais pas pour trop longtemps hein !

Sur cette carte notre itinéraire approximatif.

Laisser un commentaire