Vivre à bord du Transsibérien

Bienvenue à bord du Transsibérien

Le train entre en gare, le billet en main, il est temps de monter dans ce train mythique qui parcourt la Russie de Moscou à Vladivostok.

Une fois la couchette repérée, nous stockons rapidement les sacs à dos dans les emplacements prévus (en bas sous la couchette ou si vous êtes en haut dans le renforcement au dessus de la porte). Après quelques minutes la provodnitsa (la chef du compartiment) nous donne les draps afin de faire notre lit. Une petite étagère au dessus de chaque couchette permet d’avoir ses affaires (livre, téléphone, bouteille d’eau, …) à proximité de soi.

C’est maintenant que la patience est mise à rude épreuve. Il faut savoir s’occuper pendant un trajet qui peut durer plus de trois jours. Les distances sont longues et le transsibérien n’est pas un TGV !

Pendant ces trajets les russes font comme à la maison ou presque. Tout le monde enfile sa tenue décontracte, voire son pyjama, et accroche sa tenue du quotidien au cintre pour la durée du voyage. La vie s’organise petit à petit dans ce compartiment où peuvent cohabiter une quarantaine de personne.

Chaque matin, les gens défilent avec leur serviette sous le bras et leur trousse de toilette, pour aller se laver rapidement dans l’un des deux sanitaires situés aux extrémités du compartiment.

L’une des principales activités est de manger. Chaque passager vient chargé de ses bagages mais aussi de son garde manger : œufs durs, saucisson à l’ail, du pain et des repas lyophilisés ! Et oui dans chaque compartiment se trouve une grande citerne d’eau très chaude (accès libre et gratuit) qui sert pour les repas mais aussi pour le café et le thé que les russes apportent avec eux aussi. Il est possible de demander du thé à la provodnitsa et ainsi boire dans la magnifique tasse du transsibérien.

Pour les personnes qui ont oubliées d’embarquer des provisions avec elles, il est possible d’acheter le nécessaire lors des arrêts du train. Vous trouverez certainement votre bonheur dans ces guichets qui se trouvent dans et/ou en dehors de la gare. Profitez-en pour vous dégourdir les jambes, mais attention au départ du train ! Pour vous aider une affiche à bord du train vous indique les arrêts ainsi que la durée de celui-ci.

L’autre activité qui occupe une grande partie du temps est de regarder le paysage défiler à travers les fenêtres. Cela peut paraître un peu bizarre mais pourtant le couloir est souvent squatté. Bon d’accord, les prises électriques se situent dans le couloir et donc de nombreuses personnes restent devant la fenêtre pour surveiller leur téléphone. Mais je peux vous assurer que tout le monde n’est pas là pour cette raison. Le paysage devient hypnotisant au plutôt c’est un autre moyen de passer le temps et de discuter avec les autres passagers si tenté qu’ils parlent anglais ou français.

La route est longue avant d’arriver à destination et cela laisse beaucoup de temps pour lire. Lorsque l’on doit sortir pour aller travailler, voir des amis, regarder la télé … on ne se rend pas compte du temps que nous avons pour lire. En deux jours nous avons le temps de lire un livre entier. J’en suis sûr car Aurèle vient de réaliser cet exploit sous mes yeux ! Une chance que nous sommes partis avec plusieurs livres et que nous aimons le même style.

Après tout ça il est possible qu’il vous reste du temps mais la nuit tombe et il est déjà l’heure de s’endormir. Les lumières individuelles s’éteignent les unes après les autres et petit à petit on se glisse dans notre lit et on trouve une position sur sa couchette pas très large. Il est temps maintenant de se laisser bercer par les balancements du train ou par les ronflements de son voisin et de profiter d’une bonne nuit pour affronter une nouvelle journée dans le transsibérien.

Laisser un commentaire