Jour 5 Jhinu Rada – Tolka, dernier jour de marche

Départ de Jhinu Rada, le chemin continu de descendre la plupart du temps sans oublier les quelques bonnes grimpettes faites de marches qui persistent. Nous faisons des petites pauses pour se ravitailler et aussi la cueillette de jeune pousse de fougères (qui seront préparées pour le repas du midi) et une sorte de poivre. Shere et Sonam connaissent bien les réserves gastronomiques de la forêt et me font gouter à tous ce qu’ils trouvent.

Nous prenons une longue pause à Ghundrou où je teste pour la première fois la fougère comme aliment. Cela me fait penser à des épinards, pour moi cela n’a pas de goût mais avec la petite sauce ça passe mieux. Au final je ne suis pas un fan des fougères. Après ce bon repas avec ses découvertes, mes yeux tombent de fatigue. Après plusieurs micros siestes nous repartons sous le chaud soleil du Népal.

Depuis quelque temps je me sens mieux, plus de motivation pour marcher. Il faut dire que le terrain est moins rude pour les jambes, principalement que de la dénivelée négative. Je reste quand même derrière Shere pour récupérer et garder un rythme de marche régulier. En plein milieu du chemin Shere s’arrête, je me demande ce qu’il fait. J’ai vite une réponse. Il m’indique avec son bâton de marche un petit serpent qui traverse le chemin pour rejoindre les herbes hautes dans le ravin. Shere me dit que c’est un serpent très dangereux. Je ne marcherai plus de la même façon !

Nous arrivons à Tolka assez rapidement. C’est notre dernière étape avant de rejoindre Pokhara le lendemain. Pour les remercier je paie ma tournée, bière pour tout le monde. Nous revenons sur le trek et trinquons à la fin du trek. Le lendemain beaucoup moins de marche au programme. Un taxi nous attendons à Pedhi pour nous raccompagner à Pokhara, c’est l’endroit ou nos chemins se sépare car Shere et Sonam retournent sur Katmandou. Nous nous disons au revoir, j’avoue que j’ai un peu de chagrin car après une semaine en leur compagnie des liens se crées même si je reste un client parmi tant d’autres.

Merci à Shere, Sonam et bien sur à Suraj de Napoléon Trekking.

Laisser un commentaire