Les 15 premiers jours de notre road-trip sur l’île du Sud de la Nouvelle-Zélande (2/2)

Voici la deuxième partie de notre road-trip sur l’île du Sud de la Nouvelle-Zélande. Après être partis de Christchurch jusqu’à Hokitika, voilà la suite de Tauranga Bay à Picton pour la traversée en ferry sur l’île du Nord. Nous sommes restés 14 jours sur l’île du Sud, nous avons parcouru 2442 km et nous avons dormi dans 12 campings différents.

Les présentations sont assez synthétiques donc si vous souhaitez plus de détails, n’hésitez pas à nous le faire savoir !

Tauranga Bay se trouve au Sud de la ville de Westport. Nous n'avons pas été dans la ville elle-même, nous nous sommes arrêtés pour voir les phoques puis nous avons dormi à proximité, sur la route de notre prochaine destination.

Nous nous sommes garés sur le parking au bout de Seal Colony Road. Plusieurs bus touristiques quittaient le parking au moment où l'on est arrivés, tant mieux.

Il y a un panneau informatif qui indique les durées et les km des différentes randonnées qu'il est possible de faire. Nous, notre objectif est de voir les colonies de phoques. Nous commençons la randonnée et encore une fois le chemin est très (trop?) bien aménagé, il n'y a pas d'erreur possible. Nous longeons la mer, traversons la bruyère, puis au loin nous voyons un ponton surplombant la mer et les rochers et plusieurs personnes penchées regardant vers le bas. On s'approche, on fait de même. Au début on ne voit pas grand chose, puis au final, on repère petit à petit les phoques larvant au soleil, leurs couleurs se confondant avec les rochers. Nous voyons des familles et de nombreux bébés phoques. Ils se reposent au soleil, ils pataugent dans l'eau, ils poussent des cris bizarres, ils sont vraiment rigolos à observer dans leur habitat naturel. Nous continuons le chemin, car tout du long il est possible d'en voir. Au bout d'une heure nous faisons demi-tour et nous reprenons la voiture. Petite pause bien sympathique sur notre parcours.

Où avons-nous dormi ?

Nous avons dormi au Berlins Café&Bar, sur la route SH6 en direction de notre prochaine destination. Les propriétaires tiennent un restaurant/bar et sur le terrain derrière il y a des places de camping. Il s'agit d'un grand terrain, il n'y a pas grand monde alors nous nous plaçons où nous voulons. Les douches sont chaudes, propres et gratuites. La cuisine est assez petite et peu équipée. Wifi et prises disponibles au bar Enregistrement au restaurant/bar, 12$NZ/pers, soit environ 7€11.

Nous nous sommes souvent arrêtés sur la route pour aller aux points de vue. Ils sont très bien indiqués et disposent de parking sécurisés. A partir de Tauranga Bay, nous avons traversé le pays d'Ouest en Est pour rejoindre la côte Nord. Nous avons traversé de beaux paysages vallonnés, montagneux, des forêts, nous avons longé la rivière Buller, et le tout sous le soleil ! Après 1h30 de route nous faisons une pause au Buller Swingbridge. Il paraît que c'est le plus long pont suspendu de la Nouvelle-Zélande ! Pour le voir et le traverser, il faut payer. Nous nous renseignons dans la petite boutique qui permet d'avoir accès à l'ensemble. Il existe différentes options. Nous optons pour la traverser du pont à pied pour l'aller et le retour en tyrolienne : « comet line » en tandem. Après avoir payé l'entrée, nous voyons enfin le pont, qui ne nous semble pas si impressionnant que ça au final. Il s'agit d'un pont suspendu métallique.

Nous le traversons donc à pied, la vue est jolie, puis nous faisons une petite boucle dans la forêt de 30 minutes avant de revenir au pont. Le moment de la Comet Line est venu. Je m'installe devant, dans un baudrier assis, en fait on est confortablement assis. Antoine est derrière moi, également confortablement assis. Après le top départ on s' « élance », je m'attendais à aller à fond les ballons mais en fait c'est tout pépère, même pas peur, peu de sensations, on a même le temps de faire coucou aux gens. On est un peu déçus. On reprend la route direction Motueka où l'on arrivera 2h20 de route après.

Où avons-nous dormi ?

Nous nous sommes arrêtés au camping Motueka Top 10 Holiday Park après l'essai d'un camping complet. Camping un peu cher mais avec de bonnes prestations (encore heureux!). Il est à 300m du centre-ville, le terrain est boisé, très propre, beaucoup d'espace. Espaces communs propres, zone de jeux pour enfants, piscine, wifi limité. Enregistrement à l'office, 25$NZ/pers soit environ 14€83;

Il s'agit du plus petit parc national de Nouvelle-Zélande. Il longe toute une côte et est recouvert par le bush. Il est connu pour la beauté de ses eaux et les nombreuses activités que l'on peut faire.

Split Apple

Il s'agit d'un gros rocher, tout rond, fendu en deux. Son nom doit sa ressemblance à une grosse pomme coupée en deux. Ce rocher se trouve à Kaiterichi. On y accède par une route très sinueuse. Il faut se garer au bord de la route, puis on accède à la plage via un petit chemin en forêt. La plage est agréable. Il y a plusieurs canoës venus voir ce fameux rocher. De la plage, nous le voyons également très bien.

Marahau

Ville point de départ de plusieurs excursions dans le parc national Abel Tasman. Il existe un long chemin de randonnée de 60 km qui peut se faire en 3-5 jours, l'Abel Tasman Coast Track. Comme son nom l'indique, il longe la côte. C'est le chemin que nous avons emprunté, mais pas sur sa totalité.

L'Abel Tasman Coast Track

Nous avons été jusqu'à la baie Stilwell, accessible en 2h20 aller, puis un retour en 1h40. Le chemin de randonnée est très bien aménagé, c'est plat, c'est dans la forêt, tout en longeant la côte. Les vues sur les eaux turquoises du parc national sont magnifiques. En 2h20, le paysage ne change pas tellement, il aurait peut-être fallu continuer plus loin. Malheureusement nous manquions de temps et nous avons du faire demi-tour. A l'aller nous avons profité des différentes baies où l'on peut se poser, se baigner, se faire piquer par des guêpes. Au retour, nous nous sommes arrêtés moins souvent et nous avons fait moins de photos, d'où le temps de gagné.

Sachez qu'il est possible de marcher pour l'aller puis de prendre un bateau taxi pour le retour, pour éviter de faire le même aller-retour le long de la côte.

Un tour de canoë dans le parc national Abel Tasman

Cliché carte postale ? Oui peut-être, mais la réputation du tour en canoë n'est pas volée !

Nous n'avons pas tellement prospecté les différentes agences proposant un tour de canoë car dès la première agence, nous avons trouvé notre bonheur. Nous sommes passés par l'agence Kahu Kayaks. Il y avait un départ dans 15 mins (ce qui nous laissait tout juste le temps de nous préparer), nous sommes autonomes avec notre kayak (pas de guide, pas de groupe, on va où on veut), et nous avons toute une après-midi pour nous, pour un prix qui nous semble raisonnable. On rejoint le groupe de 4 autres personnes pour le briefing commun : on nous présente le kayak, ses rangements, comment s'y installer, comment ramer, quoi faire en cas de retournement, où aller, en combien de temps, le briefing très complet, accompagné de démonstrations et de gestes, parfait pour compléter notre compréhension partielle de l'anglais. On grimpe dans un mini-van qui nous emmène au bord de la plage. La marée est basse. Nous rejoignons la mer à pied, tandis que les kayaks sont acheminés via tracteurs. Une nouvelle fois, nous sommes accompagnés pour la mise à l'eau. On s'assure que l'on a bien tout compris, que nous sommes bien équipés (jupes de protection, gilets de sauvetage) et que l'on sait comment ramer. Puis on nous laisse seul. Je grimpe devant, Antoine derrière assure le gouvernail. Et c'est parti !

On se dirige vers l'île d'Adèle que nous rejoignons en 30-45 mins. Nous sommes dans les eaux turquoises que nous avions vu lors de la randonnée. On accoste sur la petite plage de l'île d'Adèle où nous déjeunons (très peu car nous n'avions rien préparé). On a pensé à se baigner car l'eau est magnifique...mais elle est aussi surtout très froide, effet dissuasif garanti ! On reprend notre kayak et on entreprend de faire le tour de l'île. Sur le côté ouest, nous entendons de nombreux chants d'oiseaux dont les sons sont amplifiés par la roche. C'est chouette, on passe doucement pour profiter des différentes mélodies. A partir de la côte Nord il est possible de voir des phoques. Au début, nous n'en voyons pas beaucoup, et puis au final, on en verra beaucoup, tout au long de la côte, sur tout le reste de l'île ! Nous avons gardé des distances raisonnables pour ne pas les déranger, mais nous les avons observé de très près. Beaucoup de bébés et de jeunes phoques à jouer dans l'eau, beaucoup d'adultes à larver au soleil. Nous étions seuls dans ces moments-là, ce qui fait qu'on se sent un peu privilégiés d'assister à tout ça. Nous avons vu également beaucoup d'oiseaux. A la fin du tour de l'île il était 15h. L'heure du rendez-vous à la plage étant à 16h, nous avons tracé tout droit pour la rejoindre. Nous avons mis 55 mins à revenir, non-stop, et bien ça fait les bras !

Pour résumé, moment très agréable, sous le soleil, le ciel bleu, sur l'eau turquoise, à observer la nature.

Où avons-nous dormi ?

Nous avons dormi au Old MacDonalds Farm Holiday Park qui se trouve à Marahau, à proximité du point de départ de plusieurs randonnées. Second choix car le premier camping testé était complet. Le camping se situe au bord de la rivière Marahau, les emplacements sont spacieux et arborés. Installations datées mais propres. Wifi limité, douches chaudes sans surplus, laverie. Enregistrement à l'office 18$NZ/pers soit environ 10€67.

La ville de Nelson compte environ 65 000 habitants. Surnommée aussi « the sunny city », elle dispose d'un fort ensoleillement toute l'année (bin nous en tout cas il a plu !). Petite ville agréable qui dispose de nombreux atouts : production de vin, forte concentration d'artistes, nombreuses activités (randonnées, galeries d'art, sorties en quad, randonnées à cheval, kitesurf, vélo, etc).

Le marché artisanal local (le samedi) : agréable petit marché où l'on trouve des stands de fait-main ou d'entreprises locales (bijoux, couture, dessins, aquarelles, tee-shirts) mais également des stands de nourriture. Le marché est agréable et même que nous avons craqué !

La cathédrale : pour être tout à fait honnêtes, nous ne l'avons pas trouvé exceptionnelle. Nous sommes passés rapidement.

Le Botanic Garden/la Botanic Hill : en bas du parc nous avons pu assister à un match de cricket, sympa à observer, même si nous n'avons pas compris toutes les règles ! Nous commençons ensuite l'ascension de la Botanic Hill, 20 minutes de marche sur une pente assez raide pour arriver au sommet et avoir une belle vue à 360°. De plus, une sorte d'aiguille nous indique que nous sommes pile au centre de la Nouvelle-Zélande, c'est pas la classe ça ?!

Où avons-nous dormi ?

Nous avons dormi au Tahuna Beach Kiwi Holiday Park & Motel, situé à 4,5 km du centre-ville mais juste à côté de la plage de Tahunanui Beach, avec un accès direct. C'est un très grand complexe, mais il n'y avait pas trop de monde lorsque nous y sommes allés. Il y a toutes les commodités et confort nécessaire. Enregistrement à l'office, 20$NZ/pers soit environ 11€86.

Qu'est ce qu'un Sound ? Un sound c'est plus large qu'un fjord, il sépare généralement une île d'un littoral. C'est une large entrée de la mer ou de l'océan dans une vallée, ce qui donne des paysages à couper le souffle.

Les Sounds de Marlborough constituent l'attrait majeur de la région. Les paysages vallonnées et verdoyants, entre terre et mer, sont magnifiques.

Nous avons quitté la route principale après la ville d'Havelock, et avons emprunté la Queen Charlotte Drive, route très sinueuse et vallonnée. Les paysages sont beaux, l'eau des sounds est d'un joli vert, les forêts sont luxuriantes. Nous avons ensuite quitté Queen Charlotte Drive pour nous perdre encore un peu plus. Nous longeons la côte et les virages sinueux s’enchaînent inlassablement. Après une route interminable nous sommes arrivés au camping.

Le lendemain, à 13 km du camping, nous avons décidé de faire une randonnée malgré la mauvaise météo. Nous nous sommes rendus au point de départ de « Onahau Lookout Track » qui indique 1h15 de marche. On s'équipe en conséquence même si la pluie n'est que faible au départ. On commence à grimper, ça grimpe sévère au début mais nous sommes plutôt en forme. Nous ne voyons pas de vue particulière, à part de nombreux nuages bien sûr... des gris, des blancs, des blancs cassés, des gris foncés...super ! Nous atteignons le sommet au bout de 35 minutes. On arrive à entrevoir quelques sommets et même quelques baies au travers les épais nuages qui filent vite avec le vent. Le paysage est changeant d'une seconde à l'autre alors nous courons dans tous les sens pour essayer de profiter de cette vue à 360°.

On redescend, il se met à pleuvoir de plus en plus, on s'équipe, coupe-vent d'abord, puis poncho, puis on se met à courir parce qu'il pleut beaucoup quand même ! Le sol est devenu très glissant mais aucune chute à déplorer, on est trop forts ! (ou fous?). En 25 minutes nous sommes revenus au parking et nous nous sommes abrités dans la voiture.

Si la météo devait s'améliorer dans les prochains jours, nous serions restés plus longtemps pour profiter des Sounds, malheureusement ce n'était pas le cas, nous avons donc filé vers la ville de Picton.

Il est à noter qu'il existe une célèbre randonnée de 71 km (3-5 jours) le Queen Charlotte Track qui longe la côte et traverse des forêts.

Où avons-nous dormi ?

Le camping Nikau Cove Campsite ou plutôt le « bout de terre » ne peut accueillir que quelques véhicules sans électricité. Il n'y a qu'une toilette sèche et une fontaine à eau. Camping gratuit ? Non même pas, nous avons du nous acquitter d'une taxe. Bon, c'est vrai que c'est pas cher et la vue et l'accès direct sur la mer est carrément chouette. Dommage que la météo ne soit pas de la partie. Enregistrement autonome à 8$NZ/pers soit environ 4€74.

Après 43 km et 1h10 de route (très sinueuse la route), nous arrivons donc à Picton.

Nous faisons un peu de shopping, sous la pluie, puis nous nous installons à un café le temps que la pluie cesse.

Le lendemain le temps est plus clément, et nous décidons de prendre un peu de hauteur. Nous nous garons au pied du point de départ de la randonnée et nous partons pour le point de vue situé au sommet du trek Tirohanga. 35 mins pour grimper, certains endroits sont un peu raides mais dans l'ensemble cela se fait assez bien. Nous crapahutons dans la forêt et apercevons la vue de temps à autre. Nous arrivons donc au sommet au bout de 35 mins, c'est vrai que la vue est sympa, nous voyons la ville, le port, les baies, les collines verdoyantes et l'eau bleue. Nous prenons quelques photos et bien que le trek continue, nous faisons demi-tour pour regagner la voiture. Nous nous dirigeons vers le port où nous nous garons. Il y a un petit (tout petit) marché artisanal (nous ne craquons pas!) puis nous allons au centre-ville pour flâner, boire un verre, profiter de la plage entre deux averses.

Où avons-nous dormi ?

Nous avons dormi au Parklands Marina Holiday Park, il est un peu éloigné du centre-ville (3,5km), mais le parc est spacieux, arboré et agréable. Il y a toutes les commodités nécessaires. Enregistrement à l'office, 17$NZ/pers soit environ 10€.

Nous avions réservé notre billet pour la traversée quelques jours avant, sur internet. Il existe deux compagnies de ferry : Interislander et Bluebridge. Nous avons choisi la moins chère à ce moment-là, c'est-à-dire Interislander. Nous avons payé 235$NZ pour 2 personnes et une voiture, soit environ 139,75€.

La route pour accéder au ferry est bien indiquée puis après il faut suivre la ligne bleue. Nous arrivons à un premier poste de contrôle qui nous remet divers documents et qui nous demande de nous placer dans la file n°1. Nous patientons 45 mins, le temps que les autres files se complètent et que le check-in se termine. Pendant cette attente, on nous demande si nous avons du matériel de pêche, car il y a des consignes particulières pour cela, ça ne rigole pas avec la nature ici ! Enfin les voitures peuvent avancer, nous sommes guider tout du long jusqu'à notre emplacement : point mort, frein à main, couper les alarmes, fermer la voiture. Rien de bien sorcier. Ensuite nous pouvons accéder aux ponts du bateau. Nous rejoignons un agréable espace détente, avec sièges confortables et vue panoramique sur le paysage devant le bateau, classe ! Le bateau démarre et nous profitons pleinement de la vue. Il est dit que cette traversée est l'une des plus belle du monde et que c'est une croisière à elle toute seule ! Il est vrai que les paysages sont magnifiques. Le personnel lance même un appel pour nous avertir qu'il y a des dauphins à voir. Nous nous rendons sur le ponts à l'extérieur et nous profitons du spectacle : les sounds, les vallées, les baies, les roches, superbe.

Après 3h30 de traversée, nous arrivons à Wellington. Nous rejoignons la voiture, nous nous laissons guider et nous roulons pour la première fois sur l'île du Nord. Un nouveau chapitre s'ouvre !

 

Infos pratiques :

  • Les I-site, office du tourisme : vous pouvez y trouver toutes les informations, activités, loisirs disponibles dans la ville, dans les environs, dans le pays. Vous pouvez y faire des réservations. On en trouve un dans chaque ville.
  • Gardez toujours un peu de monnaie pour les campings à enregistrement autonome. Plus d’infos dans un article à venir.

Une réflexion au sujet de « Les 15 premiers jours de notre road-trip sur l’île du Sud de la Nouvelle-Zélande (2/2) »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.