Le plein de paysages à San Pedro de Atacama

Notre prochaine destination nous conduit au nord du Chili dans la ville de San Pedro de Atacama pour aller découvrir ses paysages époustouflants et aussi son désert, le plus aride du monde.

Ayant testé et approuvé la qualité des bus chiliens, nous réservons sans crainte un trajet de nuit pour rejoindre cette ville. Nous avons testé deux compagnies de bus (pour les longs trajets et à chaque fois cela a toujours était un trajet agréable).

Nous vous avons déjà parlé de notre longue attente à Caldera dans cet article, alors passons à la suite. C’est vers 21h50 que nous montons dans le bus de la compagnie Tur Bus, toujours très propre, et nous nous installons le plus confortablement possible dans ces sièges qui s’inclinent presque à l’horizontal. On regarde un film et nous essayons de dormir un maximum pour éviter d’être trop dans le gaz à l’arrivée.

Au petit matin, le bus se stationne dans la gare routière de San Pedro de Atacama et après avoir repris nos énormes sacs-à-dos, nous nous dirigeons vers le centre de la ville pour y engloutir un petit-déjeuner le plus revigorant possible. Nous parvenons rapidement dans le centre qui, à cette heure matinale, est plutôt désertique. En voyant les maisons et autres constructions faites avec un mélange de paille et de terre, cela nous fait penser tout de suite à une ville tout droit sortie d’un western américain.

Après avoir tourné un peu dans les petites rues de San Pedro, nous trouvons enfin le saloon,…euh je veux dire un petit café resto qui propose un petit-déjeuner plus que complet. Le ventre plein et les idées un peu plus claires nous partons vers notre auberge de jeunesse qui se trouve un peu à l’écart du centre-ville.
Lorsque nous arrivons à l’auberge il est 10h et étant donné que le check-in est à 12h il nous sera impossible de nous poser dans la chambre avant de partir à l’assaut des agences d’Atacama. Notre bonne étoile doit être plus active que nous car le patron nous dit que la chambre n’est pas occupée et qu’elle vient d’être faite. Nous pouvons donc déposer nos affaires, nous poser et nous rafraîchir avant de bouger à nouveau.

Première étape : le démarchage

De nombreux touristes, comme nous, viennent ici découvrir des paysages sauvages avec des couleurs venues d’ailleurs. Voici deux raisons qui suffisent à faire de San Pedro de Atacama un haut lieu touristique du Chili. A noter aussi que c’est le point de départ de nombreuses excursions pour le Salar d’Uyuni, qui est l’un des moyens les plus pratique pour passer la frontière et rejoindre la Bolivie à partir de San Pedro de Atacama. C’est pour ces raisons que les agences ont poussées comme des petits pains et qu’on en dénombre plus d’une centaine.

En début d’après-midi, nous retournons dans le centre-ville avec la mission de démarcher plusieurs agences pour nos futures excursions dans ce désert. Premier choc, en arrivant dans le centre-ville nous sommes surpris par la foule, principalement composée de touristes. San Pedro est réveillée et elle fourmille de partout.
Nous avions lu et entendu plusieurs retours de touristes ayant fait le désert d’Atacama et nous savons donc les excursions que nous souhaitons faire, ça c’est la théorie. Car dans la pratique nous sommes attirés par de nombreuses excursions mais il est impossible de toutes les faire malgré les réductions proposées.

L’intérêt de faire plusieurs agences permet de comparer les prix, les parcours des excursions mais aussi le sérieux car nous avons pu nous rendre compte que certaines agences proposent des options dans les excursions qui ne sont pas disponibles (comme dormir dans un hôtel de sel alors qu’il est fermé à cause de la pluie).

Au total nous avons fait 6 agences pour en retenir 3. Nous rentrons dans notre chambre pour choisir au calme notre futur programme. Il n’y a pas de grande différence dans les propositions ni en terme de prix. Tout se joue au feeling ressenti lors de notre première rencontre.

Ce que nous avons choisi :

Notre choix s’est porté sur l’agence Flamingo qui nous a semblé être une agence honnête, professionnelle et aussi car elle propose des excursions en français, anglais et bien sûr en espagnol.

Nous package comprend ces excursions:

  • La vallée de la Lune

  • Lagunas Altiplanicas

  • Le Salar d’Uyuni

Restant une petite semaine sur San Pedro De Atacama nous n’avons pas chargé le programme et ainsi nous avons pu nous réserver un jour de repos, ce qui est très appréciable.

Lors de notre séjour sur l’île de Pâques nous voulions faire une balade à cheval mais au vu du tarif et de la durée nous avions préféré attendre un moment plus opportun. Nous avions repéré deux agences proposant des balades à cheval sur San Pedro. Nous leur avons rendu visite et après quelques échanges nous avons choisi l’agence Cactus Rancho pour une balade à cheval de 8 heures dans la vallée de la lune.

Notre programme est maintenant planifié et réservé auprès des 2 agences nous pouvons profiter des boutiques, du marché artisanal, des empanadas au poulet et au fromage !!

 

Nous démarrons notre planning par l'excursion à la vallée de la Lune. Le départ se fait depuis l'une des agences de Flamingo pas très loin de la place centrale où nous complétons un groupe de 9 personnes. Nous marchons ensuite vers le grand parking (point central des départs en journée et des retours de toutes les excursions) pour rejoindre le minibus qui nous attend pour nous conduire à notre premiére destination que nous rejoignons en 10/15 minutes : la Caverne de Sel. Nous nous trouvons dans l'une des 3 cordillères du Chili, la Cordillère de Sel. Devant nous se trouve un canyon très étroit que nous allons emprunter en file indienne une fois que le flot de touristes sera plus fluide. En effet nous sommes en plein week-end de Pâques et de nombreux touristes argentins, chiliens, brésiliens profitent de cette semaine pour partir en vacances quelques jours d'où l'affluence de touristes à cette période.

Nous crapahutons quelques minutes dans un décor de terre et d'argile qui renferme des quantités de sel que l'on peut apercevoir par endroit. En ressortant il y a un très beau point de vue sur le paysage sec, lunaire, orangé et magnifique. Nous redescendons et on s'isole dans un petit coin pour entendre le sel craquer sous l'effet de la chaleur.

Nous grimpons à nouveau dans le véhicule qui s'enfonce un peu plus loin dans la vallée de la Lune. Nous marchons sur le bord de la route pour rejoindre le bus qui nous attend un peu plus bas. Nous longeons le « cratère » en observant l'amphithéâtre, formation géologique, en s'approchant de la gigantesque dune de sable. Nous prenons un chemin qui nous conduit au sommet d'une petite colline d'où nous pouvons admirer l'ensemble du paysage en une seule fois. C'est vraiment un spectacle magnifique que nous offre la nature.

Après cette émerveillement nous remontons dans le véhicule pour rejoindre la Pierre du Coyote, lieu prisé pour admirer le coucher de soleil sur la vallée de la Lune. Nous sommes au bord d'une falaise qui constitue une grande plate-forme où les touristes se rassemblent pour apprécier le spectacle des couleurs. C'est de là que provient le nom vallée de La lune car au coucher du soleil ce lieu prend des airs de terre lunaire. Tout juste après le coucher du soleil nous retrouvons le reste du groupe autour d'un petit apéro avec un jus de pastèque. Cette première approche du désert nous a plus que satisfait et nous avons hâte d'en découvrir encore plus ! Nous rentrons un peu poussiéreux et sablonneux aussi mais avec le sourire et de bonnes empenadas à manger pour le repas de ce soir.

Nous avons rendez-vous devant le bureau de l'agence à 7h30. Avant de partir nous suivons les conseils de la patronne de Cactus Rancho et nous nous équipons en conséquence : chaussures fermées, pantalon, chemise ou tee shirt à manches longues et un chapeau à bord pour se protéger du soleil qui n'épargne personne ici.

Une fois les formalités administratives expédiées, on nous conduit au ranch qui se situe en bord de la ville. Juste avant de monter en selle, on nous propose des bombes d'équitation ainsi que des mini chaps (des protections qui font le tour au niveau du mollet et protègent des frictions). Nos chevaux sont déjà sellés et n'attendent plus que leurs cavaliers. Au préalable on nous avait demandé notre niveau d'équitation et en fonction on nous a attribué des chevaux. Une fois en selle Joachim (prononcé Roakim), notre guide, nous donne quelques conseils sur comment diriger un cheval chilien. Ici le cheval se dirige avec les deux rennes dans une main et en utilisant des rennes d'appui pour tourner et non des rennes d'ouverture. On s'aide du poids du corps pour accentuer l'ordre donné au cheval. Autre différence, les jambes ne servent pas à donner l'impulsion au cheval, le faire avancer quoi. Le cheval a un licol avec une longue corde qui fait office de cravache. Je vous rassure le cheval n'est pas roué de coup à chaque fois que son cavalier veut changer d'allure, un contact simple suffit à faire comprendre au cheval qu'il faut accélérer le rythme.

Nous voilà maintenant fins prêts et les premiers pas se font dans l'oasis (la ville) que nous quittons assez rapidement en coupant à travers des terrains désertiques pour arriver au bureau d'entrée de la vallée de la lune. Notre guide s'acquitte du droit d'entrée (inclus dans notre tarif) et nous prenons la même route que pour notre excursion de la veille. Nous ne sommes pas trop emballés car nous ne voulons pas faire la même route qu'hier. Heureusement notre cow-boy et guide sort des sentiers battus et nous nous enfonçons dans le cœur de la vallée là où peu de touristes vont car impraticable en vélo et trop dur à pied. Nous entendons à peine les chevaux marcher dans le sable pendant que nous découvrons une autre partie de la vallée de la Lune. Nous avons pris de la hauteur et pu admirer le paysage qui s'offre à nous avant de nous enfoncer dans un labyrinthe de canyon de sel où les chevaux zigzaguent d'un pas sûr entre ses rochers et nous on s'imagine sans problème être des personnages d'un western allant rencontrer une tribu indienne !! Nous faisons une petite pause pique-nique dans ce canyon ce qui est agréable sous cette chaleur. Nous remontons en selle et sortons de ce labyrinthe où devant nous se trouve une grande et belle ligne droite, vous voyez où je veux en venir ? Je n'ai pas pu résister à l'appel du galop. Je regarde le guide et sans parole je comprends que nous pouvons lancer les chevaux au galop. Pas facile de se lancer car nous n'avons pas les mêmes repères mais une fois les chevaux au galop c'est un plaisir. Bon il faut avouer que nous ne sommes pas à l'aise sur ces chevaux et qu'il nous faut un petit temps pour trouver le bon rythme et la bonne position. Et oui cela fait longtemps que nous avons posés les fesses sur un cheval... Nous reprenons un rythme plus tranquille et passons encore une fois dans des paysages fabuleux et surtout sans aucune personne aux alentours. Nous rentrons au ranch un peu en avance, certainement à cause des galops de folie que nous avons effectués !! Joachim desselle les chevaux qui se font une joie de se rouler par terre après une belle journée de travail. De notre coté nous sommes un peu cassés, on se sent un peu raide et nous sommes ravis de rentrer nous laver et nous installer bien confortablement dans notre lit sans rien faire, bah oui on se fait déjà un peu vieux...

Au total nous avons passé 6h (pause comprise) à chevaucher dans la vallée de la Lune. Même si nous l'avions déjà faite avec l'agence Flamingo, nous ne regrettons pas car nous avons pris des chemins différents et nous nous sommes aventurés plus au cœur de cette vallée qui a encore plein de trésors cachés.

Cette fois-ci le départ se fait depuis notre hébergement car c'est un départ matinal. En attendant le véhicule de l'agence Flamingo nous voyons et entendons de nombreux autres véhicules venir chercher les touristes pour les différentes excursions. A notre tour nous embarquons dans le véhicule où nous sommes très heureux de retrouver notre super guide d'hier Lauréna. Après un arrêt à la boulangerie, oui oui j'ai bien parlé de la boulangerie, baguettes, croissants, pains au chocolat et tout et tout. L'agence Flammingo travaille en partenariat avec une boulangerie française pour fournir le petit-déjeuner lors des excursions. Bon je peux reprendre maintenant ? Alors après cet arrêt nous partons en direction de notre première étape. En attendant, Lauréna, toujours souriante et pleine de connaissances, nous donne le programme de la journée. Elle nous annonce qu’aujourd’hui nous allons faire 450 kms et nous explique les lieux que nous allons explorer.

La lagune Altiplanique de Chaxa : elle se situe dans la réserve nationale Los Flamencos. Laurena prend le temps de nous expliquer comment se nourrissent les flamants roses (par des crevettes roses ce qui leur donnent leurs couleurs après plusieurs années à manger ces petites bêtes). Sur ce site il est possible de voir 3 espèces de flamants roses : le flamant de James, le flamant du Chili et le flamant andin. Nous approchons de la lagune et pouvons aprrécier de plus près les quelques flamants qui s'y trouvent. Il y en a peu mais c'est un vrai plaisir de les observer dans leur habitat naturel. Nous repérons le flamand Chilien qui danse pour pouvoir attraper les crevettes. C'est ici que nous prendrons notre petit-déjeuner avec la baguette fraîche, avant de repartir vers l'arrêt suivant

Le village de Socaire : bref arrêt à ce village situé à 3300 m d'altitude et composé de 300 habitants. La principale activité est l'agriculture : quinoa, pomme de terre violette, maïs, tournesol, … Nous visitons la petite église du village dont le toit est en paille sauvage et la porte en bois de cactus. D'ailleurs les aiguilles de cactus permettent aux femmes de tricoter et le bois du cactus sert à fabriquer de l'artisanat.

Arrêt vigogne : le chauffeur très affûté dans le repérage des animaux, stoppe le véhicule devant un petit troupeau de vigognes. Waah c'est joli et c'est une première pour moi car Aurèle a déjà pu en apercevoir lors de son séjour au Pérou. Mais c'est quoi cette bestiole au faite ? Au Chili (comme en Bolivie, au Pérou et certainement d'autres pays de l’Amérique du sud) il existe 4 sortes de camélidés : la vigogne et le guanaco qui sont tous les deux sauvages et non domestiqués. Le guanaco vit entre le niveau de la mer et 3500 mètres d'altitude alors que la vigogne vit entre 3500m et 5000m d'altitude. Malgré le fait qu'elle soit sauvage, la vigogne produit une laine très prisée et de grande valeur (car très douce, bonne qualité, et aussi car la vigogne est sauvage). Les lamas et les alpagas sont deux sortes de camélidés entièrement créés par l'être humain et sont donc domestiqués. Ils sont le résultat du croisement entre la vigogne et le guanaco. Le lama ayant pris plus du coté du guanaco quant à l'alpaga il a plus pris du coté de la vigogne car lui aussi produit de la laine. Nous apercevrons à différents moments de la journée des vigognes et à chaque fois c'est un plaisir de les observer dans leur milieu naturel.

Les lagunes aguas calientes : Encore une fois un superbe paysage, la lagune, les montagnes enneigées tout autour quelques flamants roses, vigognes au loin. On ne se lasse pas de ces paysages.

Laguna Tuyaito : Nous faisons une petite pause photo devant cette lagune qui deviendra petit à petit un salar

Les lagunes Miscanti et Minique : c'est devant ce magnifique décor que nous prenons notre déjeuner que nous composons nous même avec les différents mets proposés en conséquence. La lagune Miscanti se trouve à 5622 mètres d'altitude et a une superficie de 15 km². L'eau de cette lagune est renouvelée par l'infiltration d'eau de pluie et d'eau souterraine de type thermique. Après le déjeuner nous faisons une petite marche le long de cette lagune. Le chauffeur nous récupère un peu plus bas et nous conduit à la lagune Minique d'une superficie de 1,5 km². C'est le lieu où se trouvent les foulques, oiseaux en voie de disparition.

Le village de Tocano : c'est après 1 heure de route avec de somptueux paysages que nous arrivons dans ce petit village. Nous y restons que peu de temps car nous sommes en retard sur le timing. Il y a une petite place avec une église en rénovation ainsi que plusieurs petites boutiques tout autour de la place.

Pendant cette journée nous avons atteint une altitude de 5622 m. A cette altitude il est possible qu'on se sente pas forcément très bien, c'est ce qu'on appelle le mal des montagnes. Heureusement pour nous rien de gênant à signaler. Par contre nous ressentons vite l'essoufflement rapide au moindre effort. Nous voilà de retour dans la ville de San Pedro de Atacama après une journée de presque 10h. Nous sommes fatigués et ravis d'avoir vécu cette journée. Ces paysages sont vraiment magnifiques et la joie d'avoir vu tous ces animaux renforce notre plaisir. Nous ne nous attardons pas car demain nous partons pour un tour de 3 jours dans le salar d'Uyuni et il est important de faire quelques provisions d'eau (il est conseillé 6 litres par personne) et de faire du change afin de payer le droit d'entrée mais aussi diverses activités non incluses.

Infos Pratiques :

  • 1 ticket de bus de Caldera à San Pedro de Atacama : 20900 soit environ 28,51 €
  • 1 nuit en chambre double à l’auberge de jeunesse Tiny Hostel Atacama : 32920 Pesos soit environ 45,36 €
  • 1 Excursion aux Lagunas Altiplanicas avec l’agence Flamingo : 35 000 Pesos soit environ 47 €
  • 1 Entrée aux Lagunas Altiplanicas : 5500 Pesos soit environ 7,50 €
  • 1 Excursion à la vallée de la Lune avec l’agence Flamingo : 15 000 Pesos soit environ 20, 45 €
  • 1 Entrée à la vallée de la Lune : 3000 Pesos soit environ 4,09 €
  • 1 journée de 8 h de cheval dans la vallée de la lune avec Rancho Cactus: 70 000 Pesos soit environ 95,53 €

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.