Semarang, ville-étape, proche du Rainbow Village

Pas le temps de nous remettre de notre nuit blanche au sommet du volcan Merapi que nous partons déjà vers une nouvelle destination : Semarang. Semarang est la capitale de Java-central, elle se trouve sur la côte Nord. Ce n’est pas une ville connue pour ses attractions touristiques car elles sont peu nombreuses. Nous avons un objectif principal en venant à Semarang : aller au Rainbow Village. Je vous en parle plus loin.

Nous prenons un mini-van de Yogyakarta à Semarang avec la compagnie DayTrans. 4h30 de route sous l’orage et des pluies diluviennes. En même temps, on est en pleine saison des pluies, il fallait s’y attendre.

Nous sommes hébergés dans une guesthouse familiale, dans un dortoir de 12 lits.

La ville de Semarang

Comme dit précédemment, l’unique raison de notre arrêt dans la ville de Semarang est pour le Rainbow Village. Mais bon, tant qu’à être dans la ville, autant la visiter non ?!

Les grandes galeries commerciales

A plusieurs endroits de la ville se trouvent de grandes galeries commerciales ultra-modernes, avec de grandes marques internationales. On y trouve de tout, vêtements, déco, cosmétiques, chaussures, maroquinerie, nourriture, restaurants, électroniques, jouets, etc etc. Personnellement, nous ne nous y sommes pas trop attardés, à part pour partir à la recherche de parapluies.

La place Simpang Lima

Place assez centrale, bon point de repère en tout cas et connue des chauffeurs de taxi et de bécaks. C’est près de cette place que se trouvait notre guesthouse. Place assez similaire à la place Alun-Alun Selatan à Yogyakarta : très animée à la tombée de la nuit, avec petits bouis-bouis où manger, véhicules à pédales décorés de néons, vendeurs de babioles. C’est là où nous avons passé la plupart de nos soirées. L’ambiance y est très bon enfant.

Lawang Sewu

Grand bâtiment administratif hollandais qui se situe à côté du Tugu Muda. Son nom Lawang Sewu, signifie « Mille portes ». Nous ne les avons pas comptées mais c’est vrai qu’il y en a pas mal. Il y a aussi pas mal de pièces vides. Il s’agit du siège d’une compagnie de train hollandaise, d’où de nombreuses locomotives posées ça et là dans les jardins du complexe. L’endroit est calme et apaisant. Il est possible de déambuler dans les bâtiments, jusqu’au grenier où ont élu domicile de nombreuses chauve-souris. Rien de transcendant à la visite, qui ne nous semble pas indispensable.

Tugu Muda

Du Lawang Sewu, nous nous sommes rendus à pied au Rainbow Village. Nous sommes donc passés devant le Tugu Muda, monument qui commémore la bataille de Semarang contre les Japonais en octobre 1945.

En fait, je ne sais même pas si ça vaut vraiment le coup de le signaler parce que ça n’a rien d’exceptionnel. On va dire que c’est un bon point de repère dans la ville.

Le Rainbow Village

Notre fameux Rainbow Village, le voici enfin ! Kampung Pelangi est le vrai nom du village. Ce village a été rénové par le gouvernement : les quelques 250 maisons ont été repeintes dans des teintes multicolores au frais du gouvernement afin de relancer l’économie du village, notamment grâce à l’effet touristique. Le village est gratuit, mais n’hésitez pas à y prendre une petite consommation. Les habitants sont très souriants et accueillants.

Il est très agréable de déambuler dans ce village tout en couleur et en hauteur, de partir à la chasse des œuvres cachées ici et là, d’observer les décorations qui ne manquent pas de fantaisies. Le village est assez étendu, et sous une chaleur étouffante, il faut prendre son courage à deux mains pour se faufiler dans les petites ruelles et pour grimper les nombreuses marches. En tout cas nous ne sommes pas déçus, la visite vaut le coup. Dans certaines parties du village les couleurs sont peut-être un peu passées, mais il faut continuer la route pour trouver des couleurs éclatantes.

Le Temple Sam Po Kong

Également connu sous le nom de Gedung Batu, il s’agit d’un temple chinois. En fait, le complexe en compte 5 en tout. 5 temples où les styles se mélangent entre dragons chinois et statues hindouistes. Le droit d’entrée ne permet que de pouvoir visiter le temple principal. Pour visiter les autres temples, que l’on peut tout de même voir de loin, il faut encore payer un autre droit d’entrée.

En fait, on en fait assez vite le tour, et on ne trouve pas l’ensemble du site très folichon. Peut-être parce qu’on s’attendait à autre chose, ou parce qu’on a déjà vu trop de temples et que l’on est devenus trop exigeants.

La Mosquée Agung Jawa Tengah

Nommée aussi la Grande Mosquée de Java-central, elle est récente et moderne. Elle a été inaugurée en 2006, elle peut accueillir jusqu’à 15 000 croyants et elle s’étend sur près de 7 600m². C’est la première fois que nous visitions une mosquée. Elle était très belle et impressionnante. Nous ne sommes pas restés longtemps, interrompus par un ciel gris, menaçant et chargé d’eau.

Le nouvel an

C’est dans la ville de Semarang que nous avons fêté le nouvel an. Ce n’était pas particulièrement un choix. C’est juste qu’on était là, à ce moment-là.

Pour l’occasion, nous avons réservé un dîner-spectacle dans un grand hôtel très classe et élégant. Bon autant vous dire que notre tenue de soirée était très limitée ! Eh oui, à part des tongs au pied et pantalon en toile et tee-shirt, nous n’avions pas grand chose.

Nous avons été installés sur une petite table, dans un petit coin très intime, en face d’un grand écran qui retransmettait le spectacle qui se déroulait au rez-de-chaussée. Il y avait des chanteurs de variétés, quelques danseurs parfois, un magicien dont on ne comprenait pas les tours, mais pour nous, ce n’était pas ça le plus important. Le plus important c’était …. le BUFFET !! Un gigantesque buffet, extrêmement varié, appétissant, délicieux, j’en ai encore l’eau à la bouche. Fromages (si si!), vrai pain, vraie baguette, salades composées, fontaine de chocolat !! sushis, fruits frais à foison, mignardises, coupes de chocolat, et évidemment les plats en sauce indonésiens tout aussi délicieux.

A minuit, nous sommes allés à l’extérieur pour profiter du feu d’artifice. Pas de décompte, pas d’embrassade, mais des gens contents d’être là et qui expriment leur joie très pudiquement. Nous on ne peut pas s’empêcher de faire un tour de la place en calèche-licorne à pédales, de souffler dans notre trompette et de crier des Happy New Year à tout le monde. Ah oui, j’ai peut-être oublié de vous dire qu’on avait bu du vin blanc de Nouvelle-Zélande avec notre bon repas ! Je plaisante bien-sûr, nous avons été raisonnables et nous avons exprimé notre joie pudiquement, comme tout le monde (avec un peu de trompette quand même, faut pas déconner).

Pour se déplacer

Nous n’avons pas pu louer de scooter sur place car tout était déjà pris. Notre hôte a appelé plusieurs loueurs, sans succès (week-end + vacances indonésiennes + nouvel an). Nous n’avons donc pas pu visiter les environs de Semarang comme nous le souhaitions.

Du coup, nous avons visité la ville avec les moyens à disposition :

  • le bécak : c’est un vélo touk-touk, un vélo poussant une charrette où nos grosses fesses s’installent. Il faut bien négocier le prix avant la course et s’assurer que le chauffeur a bien saisi la destination (prendre des grands points de repère connus). Ils ne font pas de longue distance. Si c’est trop loin, le chauffeur saura vous le dire et il ne prendra pas la course.

  • le taxi-meter : le compteur affiche le montant. C’est clair, net et précis. Certainement moins cher qu’un bécak mais plus qu’un bémo. Ne le laissez pas s’engager dans les parkings payants (Mosquée Agung Jawa Tengah par exemple), descendez avant, car sinon il vous demandera de payer son ticket en plus du montant de la course.

  • le bemo : petit van ou mini-mini-bus, ils sont souvent de couleur orange et on les voit régulièrement dans la circulation. Confort très rustique, il roule lentement et surveille les abords de la route afin de voir si quelqu’un l’arrête pour grimper dedans.

    Pour notre premier bemo, nous avons été apostrophés par le chauffeur, qui nous demandait si on allait à Simpang Lima, ce qui était effectivement notre destination.

    Pour notre deuxième, nous avons appelé un bémo au hasard, nous lui avons montré notre destination « Simpang Lima », le chauffeur nous a dit « oui oui j’y passe », le passager a dit « oui oui il s’y arrête », nous insistons lourdement afin d’être surs. Après de trop nombreuses minutes, nous regardons maps.me et nous voyons que nous ne sommes pas du tout dans la bonne direction (nous sommes à plus de 5km au nord de la place) et au moment où on le réalise, le chauffeur s’arrête et nous dit de prendre un autre bemo….. Il nous largue donc sous une pluie battante ou des torrents d’eau ont remplacé les rues que nous devons traverser.

    Suite à cela, nous avons donc du interpeller notre troisième bemo, pour aller à notre fameuse place. Nous insistons une nouvelle fois lourdement sur la destination. Le chauffeur prend la bonne direction. Il nous laisse à la place voulue. Nous devons payer 10 000 roupies indonésiennes. Nous n’avons qu’un billet de 20 000. Nous avons du batailler pour qu’il nous rende la monnaie. Oui oui c’est sur, 10 000 roupies c’est rien du tout, mais question de principe.

    Sur certains bémos les arrêts principaux sont écrits, mais ça nous ne l’avons vu qu’après.

     

Infos pratiques :

  • Mini-bus de Yogyakarta à Semarang : 85 000 roupies indonésiennes/pers, soit environ 5€22

  • 1 nuit en dortoir à The Backpacker Semarang : 85 000 roupies indonésiennes/pers, soit environ 5€22

  • Diner pour deux personnes, plat+boisson en street food : 32 000 IDR soit environ 1€98

  • Prix d’un trajet en bémo/pers : 5 000 IDR soit environ 0,30€

  • 1 entrée au Lawang Sewu : 10 000 IDR soit environ 0,62€

  • 1 entrée au Sam Poo Kong Temple : 15 000 IDE soit environ 0,92€

  • Bécak de Simpang Lima au Lawang Sewu : 40 000 IDR soit environ 2€48

  • Taxi-meter de Simpang Lima à la Mosquée Agung Jawa Tengah : 21 000 IDR soit environ 1€30

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.